« L’acupuncture, oui, j’avoue, ça m’a aidé »

« L’acupuncture, oui, j’avoue, ça m’a aidé »

Pour faire face à d’intenses fatigues suite à ses chimios et à un moral en berne, Noémie a choisi de consulter un acupuncteur.

« Honnêtement, l’idée me faisait très peur. Je n’avais pas du tout envie qu’on me plante des aiguilles dans le corps. J’estimais qu’avec ce que j’avais traversé, j’avais eu mon lot »,

témoigne-t-elle. Influencée par une amie qui avait eu recours à l’acupuncture, elle a finalement renoncé à ses appréhensions.

La première séance l’a beaucoup surprise. Essentiellement parce qu’elle n’a pas eu mal.

« Je me faisais tout un monde de ces aiguilles, mais je les ai à peine senties car elles sont très fines, raconte-t-elle. Après les avoir introduites, l’acupuncteur a disparu. Il revenait me voir de temps en temps pour me demander si j’allais bien. En fin de séance, comme au début, il a pris mon pouls.

A chaque fois que j’y retourne, il choisit de nouveaux méridiens. J’ignore à quoi ils correspondent car il n’est pas très bavard, mais j’ai choisi de lui faire confiance. Certains points sont un peu plus douloureux, notamment les doigts, mais rien d’épouvantable »,

explique-t-elle. Et la première chose qu’elle semble avoir acquis, c’est une forme de lâcher prise. Elle reconnaît aussi se sentir un peu moins fatiguée et doté d’une plus grande énergie. Mais le principal bienfait, c’est qu’elle se sent moins stressée.

Peut être est-ce un peu psychologique, d’autant que je suis suivie par un psychothérapeute en parallèle »

Difficile de faire la part des choses entre les différents dispositifs qu’elle a déployés.

« Pour le moment, j’ai fait 5 séances, espacées d’une semaine, et ce n’est pas fini. C’est un peu contraignant, à la fois parce que c’est loin de chez moi et que les déplacements sont éprouvants. Mais aussi parce que c’est cher ».

Il faut compter entre 30 et 70 euros par séance, et ce n’est pas remboursé, du moins « en ville ». Ce qui lui a manqué ? L’échange.

« On se retrouve seule. A nouveau. Allongée. Certes, ce n’est pas l’hôpital, mais dans cette période de ma vie, je suis un peu lasse des soins. Il paraît que certains acupuncteurs sont plus bavards, le mien me semble professionnel, mais ne dit quasiment rien. En même temps, si cela peut me permettre d’aller mieux, pourquoi pas ? »

Encadré : L’acupuncture, c’est quoi ?

Issue de la médecine traditionnelle chinoise, l’acupuncture permet de traiter des « déséquilibres » liés aux systèmes musculo-squelettique, respiratoire, gastro-intestinal ou nerveux. Elle contribue aussi à soulager des maux de tête, des nausées… Elle ne se substitue en aucun cas aux traitements conventionnels. Un praticien insère des aiguilles à la surface de la peau, afin de faire circuler les énergies.

Retrouvez notre série dédiée aux soins de support avec le témoignage d’une sophrologue et d’un osthéopathe.

Vos commentaires