8 conseils pour limiter le risque d’un cancer du sein

Cancers
8 conseils pour limiter le risque d’un cancer du sein

Bien évidemment, de sages conseils n’ont jamais permis d’éviter une maladie. Néanmoins, des gestes de prévention permettent de limiter le risque.

Certes, il existe des facteurs de risques contre lesquels personne ne peut rien. L’âge tout d’abord, car plus on vieillit, plus la fréquence du cancer du sein augmente. Le cancer du sein se déclare très rarement avant 30 ans, et moins de 10 % surviennent avant 40 ans. En effet, le risque de survenue augmente au fur et à mesure du vieillissement. C’est entre 50 et 74 ans que l’on dénombre le plus de cas, ce qui justifie le choix de cette tranche d’âge pour le dépistage par mammographie.

Parmi les autres facteurs de risque identifiés, figurent les antécédents familiaux. Autrement dit, lorsqu’un parent proche (mère ou sœur notamment) a été atteint, le risque d’être soi-même touché par cette maladie est augmenté. Les prédispositions génétiques concernent de 5 à 8 % des cancers du sein. Enfin, l’exposition aux œstrogènes peut aussi accroître le risque (puberté précoce, première grossesse après 40 ans ou absence de grossesse, ménopause tardive, prise d’un traitement substitutif de la ménopause…).

En parallèle de ces facteurs là, indépendants de notre volonté, nous pouvons agir sur certains aspects de nos vies. Voici donc quelques conseils :

Trop d’alcool tu ne boiras pas

Il est démontré qu’une trop forte consommation d’alcool augmente le risque de survenue de ce type de cancers

Trop de sucres tu ne consommeras pas

Il ne s’agit pas d’éradiquer tous les gâteaux de son placard, mais de savoir limiter le chocolat et autres bonbons, car le sucre en quantités trop importantes a aussi sa part de responsabilités dans le déclenchement d’un cancer du sein.

L’activité physique tu pratiqueras

La sédentarité et le surpoids favorisent le risque de cancer du sein, sans doute car le tissu graisseux stocke facilement certaines hormones impliquées dans le développement de ces cancers.

Le tabac tu supprimeras

Le fait de fumer a aussi un impact. Le problème, ce n’est pas tant un facteur en tant que tel, que « l’effet cocktail » lié à une série d’attitudes ou d’habitudes.

Le stress à distance tu tiendras

Nos vies sont certes riches et intenses, mais mieux vaut ne pas se laisser submerger par le stress donc les conséquences délétères ne sont plus à prouver.

Méditation et respiration consciente tu adopteras

Si les techniques de pleine conscience se sont autant développées, c’est parce qu’elles jouent un rôle clé précisément pour apaiser le stress et favoriser un meilleur équilibre

Les perturbateurs endocriniens tu éviteras

Présentes tant dans l’alimentation que dans nos cosmétiques, ces substances sont cancérogènes. Reprenez donc le pouvoir dans votre cuisine et votre salle de bain. Retrouvez sur ce sujet, l’interview du Pr Fénichel

Le travail de nuit tu limiteras

Le travail de nuit et l’exposition à la lumière artificielle qui en découle font baisser le taux de mélatonine dans le corps. Or la mélatonine a pour effet de réduire la quantité d’œstrogènes dans le corps, ce qui pourrait ainsi ralentir la croissance des cellules cancéreuses du sein. Attention toutefois : si certaines études laissent entendre que les femmes qui travaillent par postes, en particulier la nuit, ont un risque légèrement plus élevé de cancer du sein, d’autres études ont démontré l’absence de lien de cause à effet.

Vos commentaires