Moins de sucres et moins de sel : 7 secrets pour une meilleure alimentation

Moins de sucres et moins de sel : 7 secrets pour une meilleure alimentation

Ils se dissimulent partout dans notre alimentation. Et même quand il n’y en a pas (assez), nous avons parfois la main lourde sur le sucrier et la salière. Comment diminuer notre consommation au quotidien ?

1. En évitant les boissons sucrées et les plats préparés

Il ne s’agit pas nécessairement d’adopter un régime sans sel ni sans sucres, mais de tenter de diminuer notre consommation de ces poisons. Autrement, « l’addition sucrée » peut très vite monter, d’autant qu’il y a beaucoup de « faux-amis ». En effet, plusieurs plats (sauces, soupes, plats préparés, charcuterie..) sont a priori salés mais contiennent en réalité des sucres ajoutés. Pourquoi ? Car les industriels ont bien compris que le sucre a un côté addictif

2. Privilégier les sucres lents aux sucres ajoutés rapides

Les premiers sont contenus dans les pâtes, les pommes de terre… Les seconds sont ajoutés artificiellement aux aliments ou aux boissons par le fabricant, le cuisinier ou le consommateur. Ces sucres ajoutés ont généralement un index glycémique élevé, ce qui signifie qu’ils augmentent fortement le taux de sucre dans le sang. Cela entraîne une importante sécrétion d’insuline, destinée à faire baisser cette glycémie, et un stockage d’une partie des sucres. Ensuite, une chute soudaine de cette glycémie génère une sensation de faim, voire une envie de sucre… Le cercle vicieux est enclenché !

3. Bien lire les étiquettes

Les apports en sucres et en sels y sont mentionnés. Attention car les intitulés peuvent induire en erreur. Le sucre peut se cacher sous la dénomination jus de canne, fructose, glucose, saccharose ou encore toutes sortes de sirops (de maïs, d’amidon, de glucose-fructose, de caroube, d’agave etc.). A savoir : les ingrédients apparaissent en fonction de leur quantité, le premier étant le plus présent dans le produit. Donc, si ce sucre arrive dans les premiers ingrédients cités, cela signifie que l’aliment est particulièrement riche en sucre. Idem pour le sel.

4. Comprendre les raisons de nos habitudes

Généralement, lorsqu’on abuse de produits sucrés, c’est qu’il y a une raison : ennui? dépression ? Le problème, c’est que le sucre appellant le sucre, on ressent le besoin d’en manger. Un travail en profondeur sur nos réflexes alimentaires peut être la source du changement.

5. … et en changer certaines !

Saviez vous qu’une canette de soda contient l’équivalent de sept morceaux de sucre ?
Mieux vaut les limiter, voir les supprimer. Tout comme les thés sucrés très riches en sucres. Remplacez les boissons sucrées par de l’eau ou du lait. Méfiez vous aussi de certaines céréales, les biscuits, les bonbons, les pâtes à tartiner… De même, plutôt que d’avoir le réflexe de saler, préférez utiliser des herbes (thym, romarin, persil, coriandre…), des épices et des aromates.

6. Mettez vous aux fourneaux

Oui c’est long de relever ses manches et parfois contraignant, mais au moins, quand on est aux manettes, on sait ce qu’on mange. L’astuce : préparer de grandes quantités et les congeler.
Saviez-vous qu’il est possible d’enlever le quart du sucre requis dans vos recettes de gâteaux et muffins et d’obtenir des résultats tout aussi savoureux?

7. … et choisissez le bon mode de cuisson

La cuisson à l’eau dénature le goût des aliments au et vous conduit à les resaler. Préférez la cuisson en papillote, le wok ou la cuisson vapeur qui préserve les qualités aromatiques des aliments. A vous de jouer !

Vos commentaires