Endométriose : une convention pour une meilleure prise en charge des femmes

Endométriose : une convention pour une meilleure prise en charge des femmes

Marisol Touraine, la ministre de la Santé a signé une convention avec l’association Info Endométriose et ses partenaires, afin de faciliter l’accès à l’information et à construire un nouveau modèle de prise en charge des femmes atteintes.

On estime qu’en France, entre 2 et 4 millions de femmes sont concernées. Cette maladie peut conduire dans les cas les plus graves à l’infertilité. D’où l’intérêt de la convention signée récemment avec Info Endométriose, une association représentée par la Dr Chrysoula Zacharopoulou et la comédienne Julie Gayet, et ses cinq partenaires (EndoFrance, ENDOmind France, Ensemble Contre l’Endométriose, Mon Endométriose ma Souffrance, Karukera Endométriose).

Cette convention de partenariat a pour objectif de faciliter l’accès à l’information sur cette pathologie aux femmes et au public jeune. Pour ce faire, des outils de communication (affiches, flyers, brochures…) vont être déployés tant au niveau local que national. De même, des actions de sensibilisation à destination des professionnels de santé (gynécologues et médecins traitants notamment) et du grand public sont prévues.

Des répercussions « sous-estimées »

Ces engagements pourraient faire tomber les tabous. On ne dit pas assez en effet à quel point la maladie entraîne des répercussions importantes sur la vie des femmes qui sont concernées. Il n’est pas rare que le diagnostic soit réalisé parfois six à dix ans après les premiers symptômes.

Cette convention précise que l’ensemble des recherches et expérimentations en cours ainsi que les futures recommandations de la Haute autorité de santé (HAS), permettront de construire un nouveau modèle de prise en charge des femmes atteintes.

Pour rappel, en 2016, la ministre de l’Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem s’était engagée avec cette même association à sensibiliser les infirmières scolaires, mais aussi les professeurs et les élèves à l’endométriose.

Vos commentaires