Crohn : et si l’alimentation permettait de mieux vivre avec la maladie ?

Crohn : et si l’alimentation permettait de mieux vivre avec la maladie ?

Dans Diagnostiquée Crohn, Jeanne Deumier raconte la façon dont elle est parvenue à mieux vivre avec la maladie de Crohn. Un témoignage porteur d’espoir.

Une vie plus saine pour mieux vivre avec la Maladie de Crohn

Les premiers symptômes sont apparus lorsqu’elle avait 18 ans. Elle reconnaît qu’elle avait tendance à manger « sur le pouce » et que ses soirées étaient un peu trop « arrosées ». Le jour des résultats du baccalauréat, un apéro la rend malade pour de bon.

Elle raconte les mois d’errance à arpenter les couloirs des services de gastro-entérologie. Elle a finalement réussi à mieux vivre avec la maladie grâce à un mode de vie résolument plus sain, mais précise que son livre n’est en aucun cas un appel à abandonner une structure médicale et des professionnels compétents.

Elle reste d’ailleurs suivie par un gastro-entérologue qui lui prescrit régulièrement des coloscopies et fibroscopies de contrôle. Elle est également surveillée tous les trois mois par des prises de sang complètes afin de vérifier qu’elle ne présente aucune carence.

Ces troubles sont selon elle le résultat d’un «encrassement»

Crampes d’estomac, douleurs articulaires, vomissements (jusqu’à 20 fois par jour), perte de poids, sentiment de mal de mer, sang dans les selles, fatigue intense, douleurs articulaires… tous ces maux se sont alors manifestés. Sans parler de la défiance des amis.

Selon elle, tous ces troubles sont le résultat d’un «encrassement», fruit de nombreuses années passées à consommer de la nourriture «artificielle et transformée». Les fast-food, les sandwichs triangle ou encore les kebabs se sont succédés pendant des années.

Je ne saurais dire si le mal est venu d’un coup ou tout doucement, avec des signaux annonciateurs que j’ai refusé de voir (…). Ma peau avait bien essayé de me prévenir depuis pas mal de temps, mais je n’avais jamais fait le lien, pensant à de simples désordres cutanés d’adolescente.

Quand les ulcérations deviennent trop importantes, on enlève des bouts du tube digestif. Moi j’avais des ulcérations un peu partout, ce qui ne présageait rien de bon pour mes années d’adulte

Elle choisit donc de transformer son mode de vie et opte pour une alimentation saine et une activité sportive. Elle supprime aussi l’alcool. Ce nouvel équilibre s’est avéré payant, puisqu’en quelques mois, tous les symptômes ont disparu et elle a pu reprendre une vie normale.

Rappelons que la maladie de Crohn est causée par une inflammation persistante des parois intestinales, et qu’elle touche plus de 80 000 personnes en France.

Vos commentaires