L’infarctus chez les femmes ne doit pas être pris à la légère

L’infarctus chez les femmes ne doit pas être pris à la légère

Le 29 septembre prochain, aura lieu la journée mondiale du cœur. L’objectif : mieux faire connaître au grand public les facteurs de risque liés aux maladies cardiovasculaires. Cette année, c’est l’infarctus chez la femme qui fait l’objet d’une grande sensibilisation.

La Fédération Française de Cardiologie alerte les femmes sur des symptômes pouvant révéler un infarctus. Près de la moitié des femmes de moins de 60 ans victimes d’un infarctus du myocarde n’ont en effet pas ressenti les symptômes classiques chez les hommes, à savoir des douleurs dans la poitrine qui irradient le bras gauche et la mâchoire.

Il convient de rappeler que les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde et la deuxième en France, juste après les cancers. Ainsi, près de 20 millions de Français ont un risque élevé de développer une maladie cardiovasculaire au cours de leur vie.

Parmi les facteurs de risque cardiovasculaire, on compte le tabac, le stress, la sédentarité, l’hypertension artérielle, le cholestérol et le diabète. D’où l’intérêt d’être vigilant.

Pour sa campagne de sensibilisation la Fédération de Cardiologie a fait appel à des comédiennes. Lorsqu’il s’agit de simuler la joie, la tristesse, ou même l’orgasme, elles sont parfaites. Pour quand on leur demande d’interpréter un infarctus, ces femmes pourtant talentueuses sont désemparées. Cette campagne montre à quel point les symptômes de l’infarctus sont souvent méconnus et différents de ceux ressentis par les hommes. Ce film sera diffusé sur les réseaux sociaux et a pour vocation d’alerter sur les signes de l’infarctus chez la femme.

Vos commentaires