L’ostéopathie, un bon complément en parallèle des traitements

L’ostéopathie, un bon complément en parallèle des traitements

En parallèle des traitements, certains patients ont recours à de l’ostéopathie. De quoi s’agit-il et à quoi ça sert ? Revue de détail avec Gilles Dreyfus, praticien à Paris.

Ostéopathe, il a aussi une casquette d’énergéticien. Parmi les personnes qui viennent le consulter, beaucoup sont atteintes de maladies chroniques. « Elles sont concernées par différents types de pathologies, et viennent me voir à des stades très variés de la maladie», explique-t-il.

une fois que le diagnostic a été porté, elles ont souvent besoin d’un autre regard que celui de la médecine classique. C’est une recherche de réassurance ».

Cette médecine parallèle et non conventionnelle repose sur l’idée que des “manipulations” du système musculo-squelettique permettent de soulager des troubles fonctionnels. Et contrairement aux idées reçues, l’osthéopathie ne consiste pas systématiquement à faire « craquer les os ».

« Pour ma part, je travaille essentiellement le crâne », explique Gilles Dreyfus. C’est en effet une zone de commande importante qui permet d’aborder tout le corps. « A chaque problème correspond un déséquilibre de la circulation des énergies. Il s’agit de les rééquilibrer », souligne-t-il.

La plupart du temps, le problème vient du fait que les énergies ne circulent plus. Le travail consiste alors à relancer le système, un peu comme si on avait un moteur grippé et qu’il fallait sortir de la stagnation »

explique-t-il. L’aspect « prévention » est très important, car mieux vaut intervenir en amont plutôt que d’attendre que la situation se dégrade. La santé est quelque chose qui se cultive de la même façon que l’on arrose son jardin !

Gilles Dreyfus constate que les patients ont souvent un sentiment d’impuissance, et le désir de trouver des solutions. « Dans la mesure où les diagnostics de la médecine classique font peur, ils cherchent à ouvrir d’autres portes, à tenter autre chose, mais aussi à accéder à plus de mieux-être, d’équilibre et de confiance », analyse-t-il.

Pour lui, il n’y a pas de différence entre le physique et l’émotionnel :

plus le patient est serein par rapport à ce qu’il subit, meilleure sera la gestion de son traitement ».

L’ostéopathie apporte des solutions à des états dépressifs, mais aussi à des addictions, des problèmes d’eczéma et d’anxiété. Sans parler des migraines et des insomnies pour lesquelles cette pratique peut s’avérer efficace. Psychologiquement, le fait de recourir à des méthodes alternatives donne l’espoir au patient qu’il peut s’en sortir, en parallèle de ses traitements plus conventionnels. Le patient est acteur de sa propre santé!

Retrouvez notre article consacré à un autre soin de support, la sophrologie.

Vos commentaires