Pour lutter contre la maladie, mieux vaut exprimer ses émotions!

Pour lutter contre la maladie, mieux vaut exprimer ses émotions!

La colère. La tristesse. L’agacement. L’ennui. L’exaspération. Toutes ces émotions négatives nous envahissent. Pourtant, outre qu’elles ne nous rendent pas heureux, elles aggravent (et parfois même génèrent) les symptômes de la maladie.

Pendant des décennies, ma mère a pris sur elle. Avec une patience hors norme, elle a supporté les frasques de mon père, son addiction au jeu, ses absences répétées. Tout cela sans jamais rien dire. Elle ne s’est jamais fâché contre lui et ne nous a jamais dit de mal à son sujet »,

raconte Bertrand. Et de quoi est-elle décédée ? D’un cancer de la langue ! Même s’il voue une admiration sans bornes à « cette sainte qui ne se plaignait jamais », il est convaincu, en son for intérieur, que si elle avait dit un peu plus ce qu’elle pensait, elle n’aurait pas contracté cette maladie. Ou du moins s’en serait remise !

Même son de cloche chez Arnaud :

Mon père a longtemps trompé ma mère. Elle a gardé pour elle toute sa colère. Jusqu’au cancer du sein. Puis les métastases se sont développées lors d’un conflit entre eux ,où il lui a annoncé qu’il partait »,

explique-t-il. De son côté, Dan, récemment interviewé par Voix des Patients, précisait que son oncologue lui avait indiqué que c’était bon signe qu’il se plaigne de la nourriture de l’hôpital, de l’indigence du wifi…. Pourquoi bon signe ? Car quand on exprime son ressenti émotionnel, on l’évacue, et il ne reste pas à l’intérieur.

Se mettre la rate au court bouillon, broyer du noir, se faire de la bile, se faire du mauvais sang, en avoir plein le dos… autant d’expressions qui révèlent les liens étroits entre la santé et les émotions.

Verbaliser son ressenti

La psychologue américaine Lisa Feldman Barrett a beaucoup travaillé sur le concept de granularité émotionnelle. Selon elle, le fait de détailler son expérience, qu’elle soit positive ou négative, est bénéfique pour la santé. De plus en plus d’études confirment que la verbalisation des ressentis permet de diminuer le stress et l’agressivité. La pression artérielle, ainsi que la libération de certaines hormones comme le cortisol, dépendent de ce processus.

On peut apprendre à mieux verbaliser ses ressentis. A les verbaliser de manière posée. Mais aussi, apprendre à laisser plus de place aux émotions positives. L’objectif : un meilleur équilibre, une plus forte résistance et donc une meilleure santé !

Vos commentaires