Au lieu de ramer contre la sclérose en plaques, Géraud préfère pagayer avec !

Au lieu de ramer contre la sclérose en plaques, Géraud préfère pagayer avec !

Paris-Marseille en kayak : c’est le programme de Géraud Paillot pour les semaines à venir. Atteint de sclérose en plaques, il souhaite montrer à tous que l’on peut mener des projets fous, en dépit de la maladie.

Géraud Paillot, âgé de 47 ans, a découvert qu’il était atteint d’une sclérose en plaques (SEP) en 2004. Il a alors continué à travailler pendant 13 ans. Il a récemment mis sa carrière entre parenthèses, et se consacre à sa santé. Très sportif avant d’être touché par la SEP, il a décidé de renouer avec l’activité physique. D’autant que le corps médical recommande désormais de se bouger un peu, au gré de ses capacités et de ses envies.

Pendant longtemps, les médecins déconseillaient le sport, depuis plusieurs années, ils reconnaissent que c’est bon à la fois pour le physique et pour le mental,

observe Géraud.

sep-kanoe-2

Son projet, il a mis un an à le bâtir. Depuis plusieurs mois, il travaille sur l’itinéraire de son parcours, et les différentes haltes. Il se rendra de Paris à Marseille, en kayak, pendant une période de 55 jours. Il a prévu de traverser plusieurs grandes villes et de prêcher la bonne parole tout au long de son parcours.

Ainsi, à Melun, Chalon, Lyon, Valence, Avignon et Marseille, il organisera des rencontres et tiendra des conférences, parfois en binôme avec un neurologue. Géraud quittera Paris le 14 août et après environ ½ million de coups de pagaye, et espère arriver à Marseille le 7 octobre. Un pari remarquable et largement remarqué, au service d’une noble cause.

Mêler les aspects humains et sportifs, c’est tout le sens de son initiative. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle le projet s’intitule l’Aventure Hustive, un mix entre aventure “humaine et sportive”. Amateur de sports, de voyages et de photos, Géraud est largement soutenu dans son projet à la fois par sa femme, ses deux enfants, ses amis, mais aussi par les neurologues qui le suivent.

Les gens connaissent mal cette maladie, et certains de ses handicaps invisibles. Je souhaite les sensibiliser,

confie Géraud, qui ne se départit jamais de son indéfectible optimisme. Il ajoute :

C’est une pathologie grave, mais ce n’est pas la fin du monde, il faut toujours essayer de rebondir et continuer à avancer.

Une intense préparation

Pour cette épreuve, il s’est beaucoup rééduqué et entraîné.

Même pour des personnes valides, le fait de pagayer pendant une si longue période à raison de 20 km par jour est déjà un véritable défi. Au total, j’ai prévu de parcourir plus de 1000 km. Mais je me sens prêt. Je pratique le Viniyoga à haute dose (un yoga adapté à chacun, et qui laisse une large part à l’écoute du corps), cela m’aidera certainement.

Cela lui permet d’être davantage à l’écoute de son corps et de mieux vivre au quotidien. Il a prévu de s’arrêter tous les soirs chez des amis, en camping, et même de tenter le bivouac. Tout est organisé, y compris le ravitaillement en nourriture et pour ses traitements.

Patients : ne lâchez rien !

Son message pour les patients tient en trois mots : ne lâchez rien ! Donner de l’espoir aux personnes atteintes de SEP en allant de manière écologique à leur rencontre, telle est son ambition. :

Vivez, profitez, sortez de chez vous. Comme le disait Saint-Exupéry, faites de votre vie un rêve et d’un rêve une réalité.

Il aime aussi citer le Mahatma Gandhi :

la force ne vient pas des capacités physiques; elle vient d’une indomptable volonté.

Ses objectifs : changer le regard sur le handicap, mais aussi récolter des fonds pour la Fondation Arsep (recherche sur la SEP) et pour SEP Rhône Alpes Dauphiné (association de patients), l’association dont il s’occupe à Grenoble. Dans le cadre de cette structure iséroise, il cherche à améliorer le quotidien des patients, mais aussi à réduire l’isolement social tout en réactivant l’envie de faire des choses adaptés. Il a d’ailleurs organisé des séances de handball auxquelles participent tant des patients que des personnes valides.

Et force est de constater que les initiatives qu’il a mises en place sont saluées, notamment pour la convivialité. Il a partagé avec nous un mail d’une des adhérentes suite à une conférence organisée récemment :

c’était très intéressant, j’ai aimé qu’elle soit en partie animée par un neurologue reconnu, mais aussi qu’elle soit centrée sur l’activité physique comme un moyen d’aller mieux, à notre portée à tous, même si parfois, c’est plus difficile… Quant aux témoignages, ils étaient à la fois émouvants et très positifs. Personnellement, ça m’a confortée dans mon envie d’aller de l’avant !

Aller de l’avant… voilà ce que Géraud va aussi faire pendant 55 jours…

Vos commentaires