Mélanie, jeune maman touchée par un cancer du sein

Mélanie, jeune maman touchée par un cancer du sein

Alors qu’elle vient d’avoir son second enfant, Mélanie observe des anomalies sur son sein gauche. Après avoir insisté pour que soient menés des examens complémentaires, elle apprend qu’elle a un cancer. Elle s’effondre avant de reprendre le dessus et de co-fonder l’association Jeune et Rose.

Quand elle constate une rétractation mammelonnaire sur son gauche, Mélanie Courtier 30 ans, s’en ouvre auprès des professionnels de santé qui l’entourent. On lui répond que c’est très probablement lié à l’allaitement, sachant qu’elle vient d’avoir son second enfant. Elle finit tout de même par demander des examens complémentaires. Une biopsie révèle un cancer du sein. Les retards de diagnostic ont hélas permis à la maladie de gagner du terrain, d’où un nombre important de métastases sur les os.

Complètement effondrée, la jeune femme craint de ne pas voir grandir ses enfants. Des pensées noires qui la terrorisent et l’empêchent de dormir. Après l’étape de sidération, elle parvient néanmoins à faire face.

J’ai eu la chance d’être très bien entourée par ma famille. Pour d’autres jeunes mamans, qui n’ont pas de solutions pour faire garder leurs enfants, alors qu’elles sont au plus mal et doivent se déplacer pour leurs traitements, c’est parfois bien plus compliqué.

A l’hôpital, elle rencontre Christelle Rakoto, une jeune femme confrontée elle aussi très jeune au cancer du sein. Cette dernière lui fait part de son souhait de monter un réseau de jeunes femmes. Mélanie, de son côté, avait en tête un projet – en collaboration avec le Dr Bérangère Arnal – pour sensibiliser aux confusions entre d’une part les symptômes de l’allaitement et d’autre part, ceux du cancer du sein.

Ensemble, elles vont lancer Jeune et Rose. Les vocations de l’association sont multiples. Il s’agit d’abord d’accompagner et fédérer entre elles les jeunes femmes qui font face à un cancer avant 40 ans, qu’elles soient mamans ou pas. L’objectif est aussi de sensibiliser les professionnels de santé (généralistes, sages femmes et gynécologues), à l’importance de détecter rapidement un éventuel cancer.

Association jeune et rose

Initialement, nous avions monté une conférence, baptisée le projet Alerte rose, à l’issue de laquelle un film a été monté avec des témoignage de professionnels de santé mais aussi de patientes. Il va être diffusé dans les écoles de sages femmes et de médecins,

explique Mélanie, 33 ans. Ses conseils pour les jeunes femmes qui ont des doutes sur le fait que quelque chose ne va pas ?

Qu’elles n’hésitent pas à insister et à ne pas lâcher, tant qu’elles n’ont pas eu une réponse rassurante. Qu’elles fassent confiance à leur intuition,

recommande Mélanie. En clair, il est possible de demander des examens cliniques complémentaires, comme une mammographie, une échographie ou une biopsie. Il est en effet indispensable soit de se rassurer, soit de prendre acte de la maladie, et de déployer très vite les mesures médicales qui s’imposent….

Vos commentaires