Natasha St-Pier se confie sur la maladie cardiaque de son enfant

Ma maladie
Natasha St-Pier se confie sur la maladie cardiaque de son enfant

Avoir un enfant malade est une douloureuse « leçon de vie ». Natasha St-Pier en témoigne dans son livre, dans lequel elle raconte la cardiopathie congénitale dont souffre son fils.

Après être devenue mère en novembre 2015, la chanteuse s’est faite rare sur la scène médiatique. Et pour cause. Suite à son accouchement, sa vie a été teintée d’angoisses. Atteint d’une cardiopathie congénitale fréquente, son fils a subi une opération à cœur ouvert à l’âge de 4 mois. « J’ai dû me préparer à sa mort possible », expliquait-elle dans la presse, tout en se confiant sur la culpabilité qu’elle a ressentie. La maladie a changé sa vision des choses. Elle reconnaît avoir dû apprendre à lâcher prise.

Si l’enfant garde une cicatrice sur le torse, il se porte bien. Tous les ans, il sera astreint à une visite chez un cardiologue hospitalier. En attendant, cela n’empêche pas le bambin d’un an et demi de vivre pleinement, d’aller à la plage avec son papa ou encore de faire du vélo.

L’objectif du livre de Natasha St-Pier, « Mon petit cœur de beurre », est de partager ce qu’elle a vécu et d’aider d’autre parents.

L'histoire de notre histoire #monpetitcoeurdebeurre

Une publication partagée par Shasha (@natashastpier) le

Quand on m’a proposé d’écrire ce livre, je me suis dit que ça pouvait les aider. Il est pour eux

Elle se bat désormais aux côtés de l’association Petit cœur de beurre dans l’objectif d’améliorer les conditions de vie des patients et de leur famille. Il s’agit par exemple d’aider les parents à se loger près de l’hôpital où est hospitalisé leur enfant. Financement de salles de repos des infirmières à Necker ou encore d’une imprimante 3D pour la chirurgie du cœur à Toulouse : les initiatives altruistes sont nombreuses.

Selon le professeur Damien Bonnet, chef du service de cardiologie congénitale et pédiatrique à l’hôpital Necker, un enfant sur 100 naît avec une malformation cardiaque en France. La moitié d’entre eux sont opérés. Parmi ces malformations, la plus fréquente est la tétralogie de Fallot. C’est précisément de cette affection dont souffre le fils de Natasha St-Pier. Sa joie de vivre fait aujourd’hui plaisir à voir. Et l’engagement de sa maman est aussi touchant qu’inspirant. Quant à leur parcours, il est incontestablement porteur d’espoirs !

Vos commentaires