Obésité : enfin une solution qui n’a rien à voir avec un régime

Obésité : enfin une solution qui n’a rien à voir avec un régime

Des régimes sans viande ou régime sans féculents, en passant par les régimes paléolithiques : que n’a-t-on entendu comme remèdes ! Une nouvelle étude révèle que la solution pourrait reposer sur une approche n’ayant rien à voir avec ce qu’on ingurgite…

La température agit sur les dépenses énergétiques

Réalisée au sein de l’université de Maastricht et intitulée « Healthy Excursions Outside the Thermal Comfort Zone », cette étude laisse entendre qu’il suffirait de s’exposer à des températures variées tout au long de la journée pour traiter l’obésité et le diabète de type 2. Cela suppose de sortir de sa zone de confort habituellement située autour de 21 degrés.

Cela ne dispense pas de manger sainement ou de faire de l’exercice, mais cette adaptation de l’organisme à des températures allant de modérément froides (17-19°C ) à chaudes (26-32°C) au cours de la journée pourrait faire partie d’une prise en charge globale de santé.

Les travaux de chercheurs ont déjà mis en avant le fait que la température agit sur les dépenses énergétiques, l’activité de la masse grasse brune, le métabolisme des muscles, la sensibilité à l’insuline, la tension, la fonction cardiaque et le système immunitaire.

Le froid modéré influence le métabolisme de glucose

Les scientifiques de Maastricht expliquent que, chez les personnes diabétiques de type 2, l’exposition au froid modéré influence le métabolisme de glucose. Après 10 jours de froid intermittent, les patients ont augmenté leur sensibilité à l’insuline de plus de 40%. Ils recommandent pour autant de ne pas se mettre dans des situations d’inconfort extrême, mais de s’exposer à des changements « perçus comme acceptables, voire plaisants ».

Une exposition régulière pendant deux heures par jour pendant six semaines à 17°C a même abouti à une perte massive de la graisse corporelle, révélait déjà une autre étude publiée en 2013. Ces travaux pourraient inspirer un habitat moderne d’un nouveau genre, qui intègrerait une thermorégulation déclinant des variations de température, avec des générateurs tout au long de la journée que l’on se trouve au bureau ou à son domicile. L’habitat connecté a de beaux jours devant lui !

Lire aussi notre dossier spécial Obésité : une progression inquiétante

Vos commentaires