Qu’est-ce que la maladie de Horton ?

Autres maladies
Qu’est-ce que la maladie de Horton ?

Egalement connue sous le nom d’artérite temporale ou artérute giganto-cellulaire, c’est une maladie inflammatoire des vaisseaux qui affecte principalement les personnes âgées de plus de 50 ans. Il s’agit d’une maladie rare, mais le nombre de personnes atteintes semble croître.

De quoi s’agit-il ?

La maladie se manifeste comme étant une inflammation des vaisseaux temporaux et touche en particulier certaines artères comme les artères occipitales et les artères vertébrales proximales. Les femmes sont davantage concernées que les hommes. Dans la mesure où les artères et les vaisseaux sanguins qui irriguent le corps et les artères supérieures faisant fonctionner la vue sont touchés, les dégâts peuvent être considérables.

En effet, l’apport en oxygène n’est plus régulé car les artères peuvent être bouchées. Il en résulte une diminution du flux sanguin. La principale conséquence de la maladie de Horton est la perte partielle ou totale de la vue, mais elle peut être évitée si le traitement est pris rapidement par une personne atteinte.

Quelles sont les causes ?

D’après de récentes recherches, cette maladie pourrait être liée à un régime gras, à un manque de sport pratiqué par le patient durant sa jeunesse ou encore à des problèmes d’insomnie aigüe. Les considérations génétiques sont aussi parfois mises en avant, et les causes citées ci-dessus ne seraient que des éléments déclencheurs. La recherche continue pour en savoir plus.

Quels sont les symptômes ?

Les signes distinctifs peuvent apparaître brusquement ou progressivement selon le cas des patients. Ils se présentent sous forme de maux de têtes chroniques dont la densité de douleur ne cesse d’augmenter. Les patients ressentent aussi parfois des douleurs au niveau des mâchoires ou des douleurs frontales et oculaires.

La maladie de Horton peut provoquer de violents troubles visuels ainsi que des risques de cécité. Parmi les autres symptômes, on constate des sueurs nocturnes, une perte d’énergie, une faible tension musculaire, un perte d’appétit et donc de poids, et enfin une fièvre inexpliquée qui dure plus de trois semaines. La température peut dépasser les 38°.

Quels sont les traitements ?

Les anti-inflammatoires sont le principal recours pour le traitement de ce type de maladie. S’il s’agit d’une urgence ophtalmologique et sous réserve des conseils du médecin traitant, la corticothérapie peut être adaptée. Les doses varient en fonction de l’état des protéines contenues dans le corps de la personne concerné et de son anticorps.

Vos commentaires