Saviez-vous que l’obésité est un facteur de risque de maladie rénale ?

Saviez-vous que l’obésité est un facteur de risque de maladie rénale ?

On ne le sait pas assez, mais l’obésité peut engendrer des maladies rénales. C’est précisément pour sensibiliser les Français à cette réalité que l’accent a été mis ces dernières semaines sur la prévention en matière nutritionnelle.

Reins et obésité : une vie saine pour des reins sains,

tel est le slogan de la semaine nationale du rein, qui vient juste de s’achever. A cette occasion, la Fédération nationale d’aide aux insuffisants rénaux (FNAIR) a mis en place des actions de dépistage et des stands d’information et de sensibilisation, notamment pour sensibiliser à l’importance de maintenir un bon équilibre nutritionnel pour préserver ses reins.

La journée mondiale du rein (laquelle a traditionnellement lieu au même moment) misait cette année elle aussi sur la prévention, dans l’intérêt d’attirer l’attention du public sur l’importance de l’alimentation et de l’activité physique. D’où la mise en place d’une opération baptisée « Bougez-vous pour vos reins ».

L’objectif : prévenir la survenue de l’obésité et ses complications rénales

Détectées précocement, les complications rénales sont moindres car la progression peut être enrayée. Le problème, c’est qu’aux stades initiaux, la maladie rénale passe le plus souvent inaperçue. D’ailleurs, 35 % des patients doivent commencer une dialyse en urgence. Pourtant, une recherche d’albumine ou un dosage de la créatinine suffisent à dépister une maladie rénale.

Force est d’observer que l’obésité est en progression dans toutes les régions du monde. Or c’est un facteur de risque majeur de survenue de maladies rénales chroniques. L’Institut national de veille sanitaire a publié en octobre dernier un rapport qui précise que près d’un adulte sur deux serait obèse ou en surpoids en France, avec une prévalence de l’obésité, chez les hommes comme chez les femmes, aux alentours de 15 %. On estime que près de 600 millions de personnes souffrent de pathologies rénales, dont pas moins de quatre millions en France.

Vos commentaires