Que faire en cas de morsure de tique ?

Que faire en cas de morsure de tique ?

En cas de morsure de tique, il faut réagir vite…

Du printemps à l’automne, la tique est présente dans les forêts. « J’ai beaucoup de consultations, des patients envoyés par des généralistes pour des suspicions de maladie de Lyme, explique le Dr Ludovic Karkowski, spécialiste en maladies infectieuses à l’hôpital Legouest à Metz. Le Dr Marie-Marthe Thiébaut, virologue au CHR Metz-Thionville, confirme : « Les morsures sont très fréquentes, notamment à cette époque, mais toutes ne transmettent pas la borrelia, la bactérie responsable de l’infection. » Néanmoins, il ne faut pas les prendre à la légère.

De retour de balade, sous la douche : il faut vérifier minutieusement son corps. « En centre de vacances, les animateurs sont parfaitement formés au rituel », ajoute le Dr Thiébaut. Le Dr Karkowski conseille même de le faire à deux. C’est dans les plis du corps qu’il faut aller chercher : genou, coude, mollet, « même sur la tête si vous vous êtes allongés, ou dans le dos… les tiques peuvent se mettre partout. »En cas de petite bête accrochée à votre peau, il faut la retirer. Mais pas n’importe comment. « Le mieux est d’avoir un tire-tique », précise le Dr Karkowski.

« Il ne faut pas que le rostre, la partie où la salive peut transmettre la borrelia, reste dans la peau. » Si la tique est retirée dans les 24 heures, les risques sont nuls : « La maladie ne sera pas transmise, la bactérie s’inocule après 48 heures. »Le problème, c’est que le patient pourra tout de même présenter un bilan sérologique positif. « On peut être atteint et ne pas développer la maladie clinique », précise le Dr Thiébaut. « Les prises de sang sont complexes, ajoute le Dr Karkowski. La semaine dernière, un patient qui s’était fait mordre par une tique se plaignait de diarrhées. Or, la borrélia ne provoque pas de diarrhées. Je ne lui ai pas administré de traitement. Sur internet circulent beaucoup d’informations fausses sur cette maladie. »

Cependant, la tache rouge est synonyme de maladie. « Une tache évolutive, aux allures de « sens interdit », » dépeint le Dr Karkowski. Un traitement approprié d’antibiotiques, prescrit par son généraliste, suffit en règle générale. « La tache peut beaucoup grossir, jusqu’à vingt, trente centimètres, mais ne fait pas mal et ne gratte pas, alarme le Dr Thiébaut. Elle peut aussi disparaître toute seule, même sans traitement.»

«La maladie de Lyme évolue très lentement, en trois phases, la dernière pouvant prendre un an », rappelle le Dr Karkowski. Les symptômes dicteront les traitements. « Douleurs articulaires, fatigue chronique, atteintes cardiaques, neurologiques… les conséquences peuvent être très diverses avec un traitement antibiotique long et lourd, qui ciblera le secteur atteint. » Une fois la tache déclarée, plus on attend, plus les chances de complications existent. Mais, « on ne peut jamais prévoir comment la maladie va évoluer », révèle le Dr Karkowski.

 

Vos commentaires