Vie sociale

Colocation entre séniors, et pourquoi pas ?

Mireille, Brigitte et Jeannie sont amies depuis des années. Pour autant, elles n’auraient jamais imaginé finir leurs jours ensemble. Et pourtant…

Séparation pour l’une, veuvage pour les deux autres, elles se sont retrouvées par les hasards de la vie à vivre seules. « Pour ma part, cela fait des années que je suis divorcée de mon mari. Je n’ai pas eu d’enfants, et il m’est arrivé plusieurs fois d’appréhender l’avenir avec peur. Surtout suite à des problèmes de santé, où j’ai ressenti plus que jamais la solitude », raconte Mireille. Brigitte, elle aussi, a pris conscience de la difficulté d’être livrée à elle-même après son cancer :

J’avais perdu mon mari depuis cinq ans, et mes enfants vivent loin de chez moi. Je me suis sentie assez abandonnée et assez déprimée. Dans ces moments-là, le moral est très important.

Veuve également, Jeannie est quant à elle préoccupée par les aspects financiers : pour ma part, j’ai la chance d’être encore en relativement bonne santé, mais le quotidien n’est pas toujours facile quand il faut gérer un petit budget ».

Un emménagement à trois…

Un beau jour, à l’occasion d’un déjeuner toutes les trois, elles ont esquissé l’idée.

C’est venu naturellement car nous avons évoqué le cas de deux femmes âgées qui avaient franchi le pas d’emménager ensemble. Nous ne nous voyons pas vieillir dans un EHPAD, et n’en avons pas forcément les moyens.
Jeannie

Les trois femmes se sont alors mises à regarder les annonces immobilières avant de trouver un appartement de plain-pied, facile d’accès. « C’était un point important car j’ai beaucoup d’arthrose, et les trois marches à gravir pour entrer dans mon ancien immeuble commençaient à devenir très problématiques », relève Mireille. Chacune a sa propre chambre, et elles partagent la cuisine et le salon. Cela fait désormais six mois qu’elles vivent ensemble, et d’un commun accord, ne regrettent pas du tout leur choix.

… pour ne pas être seules et mutualiser les frais

« Non seulement c’est sympathique d’être réunies, mais c’est aussi idéal pour mutualiser les frais. Nous avons une femme de ménage qui vient deux fois par semaine. À trois c’est beaucoup plus abordable », souligne Jeannie. Comme ses amies, elle n’avait jamais envisagé sa vie ainsi, mais la façon dont les choses se sont présentées et enchaînées de façon fluide a de quoi la séduire. Et surtout, elles reconnaissent se sentir moins seules, sans obligation.

Si on a envie de discuter autour d’un thé, nous sommes à proximité les unes des autres. Et si on préfère ne pas parler, nous sommes toutes à même de le comprendre.

Pour le moment, elles n’ont pas encore besoin de soins d’infirmerie, ou du moins très ponctuellement, mais elles préfèrent anticiper pour là aussi, partager les frais si besoin. En revanche, elles ont fait aménager la salle de bain de façon à ce qu’elle soit le plus praticable possible, avec une rampe pour se tenir dans les toilettes et dans la douche. Là aussi, elles ont mis en commun le coût des travaux. De la même façon, elles ont investi dans un nouvel ordinateur, lequel leur permet de garder des liens avec leurs familles respectives. « Nous avons entre 72 et 80 ans, à un âge où le fait de déménager devient plus contraignant. Alors, nous avons préféré le faire pendant que nous nous sentions encore assez vaillantes », analyse Mireille. Et de conclure, amusée :

La dernière fois que j’ai eu une coloc, j’avais 20 ans. Autant dire que ce concept me rajeunit beaucoup !

M-FR-00007604-1.0 – Établi en octobre 2022

Laetitia

Articles récents

Au « Centre » d’un nouveau départ

Combiner rééducation fonctionnelle, soutien psychologique et accompagnement vers une réinsertion optimisée : c'est l'ambition que les…

19 heures ago

Connaissez vous le syndrome de Turner ?

Cette pathologie ne concerne que les filles. Il s’agit d’une maladie génétique rare caractérisée par…

1 semaine ago

Gynécologue, il souligne les spécificités de l’activité physique pour les femmes

Gynécologue à Nîmes, le Pr Marès rappelle que tous les sports sont accessibles aux femmes.…

2 semaines ago

En raison de sa maladie, Ivan ne dort que 3 h par nuit

À l’âge de 12 ans, Ivan découvre qu’il souffre d’un cancer de la glande pinéale.…

3 semaines ago

L’ostéoporose est-elle une fatalité ?

L'ostéoporose est une pathologie dont on parle assez peu. Elle est 2 à 3 fois plus fréquente…

4 semaines ago

Les 5 types de mal de dos les plus fréquents

Le mal de dos est souvent considéré comme le mal du siècle. D’ailleurs, selon un…

1 mois ago