“Trop peu de thérapeutes formés à la schizophrénie”

“Trop peu de thérapeutes formés à la schizophrénie”

Afin de mieux prendre en charge cette maladie, le Dr Guillaume Fond a initié en 2015 une étude appelée à durer 5 ans. Elle est auprès de 400 patients ayant reçu un diagnostic de schizophrénie. Quels sont les objectifs de cette étude en cours ?

La voie de la recherche permettra une meilleure prise en charge, estime le Dr Guillaume Fond. Il est en train de mener la première étude en France qui suit des personnes souffrant de schizophrénie sur cinq ans. Elle a pu être initiée grâce au financement « Grand emprunt » obtenu en 2009.

Jusqu’ici il n’y avait pas d’études épidémiologiques de suivi dans la schizophrénie. Nous ne disposions d’aucune donnée et cela manquait cruellement. En clair, nous souffrons d’un manque de connaissances. D’autant plus qu’en France, nous présentons des particularités (par rapport à d’autres pays) dans l’alimentation, le système de soins, l’activité physique…”,

explique ce psychiatre. Cette étude s’organise autour de trois suivis au sein des centres experts : un premier suivi de patients atteints de troubles bipolaires, un deuxième suivi de patients atteints de troubles Asperger et un troisième groupe de patients schizophrènes… Les objectifs sont multiples : d’abord, décrire les personnes malades, leurs revenus, conditions de vie, leur état sanitaire et leur évolution, le suivi médical et paramédical… Ensuite, il s’agit de mesurer l’impact du centre expert sur la prise en soin, notamment l’évolution de l’état de santé physique de patients habituellement mal soignés, qui fument et boivent beaucoup… Enfin, l’impact des recommandations alimentaires sur l’état de santé physique sera mesuré.

 

 

Les centres experts permettront également la constitution d’une biobanque de divers échantillons biologiques pour permettre de mieux comprendre l’origine de ces maladies et développer de nouveaux traitements”,

analyse le Dr Guillaume Fond. Un an après le démarrage de cette étude, un premier bilan peut d’ores et déjà être dressé.

Les patients reviennent au centre expert. Ce qui est encourageant et montre leur satisfaction quant à l’évaluation et leur adhésion sur tout l’intérêt du suivi. Il faut observer que nous sommes assez performants pour les recommandations thérapeutiques et les changements de traitements avec une diminution des anxiolytiques et des somnifères qui induisent des dépendances et aggravent les troubles de la concentration et de la motivation. Nous sommes également bons sur l’évaluation et l’amélioration globale de la maladie. Par contre, nous devons nous améliorer sur la question de la prise de poids. En effet, nous avons noté dans une étude que 5% des patients ont pris plus de 7% de leur poids corporel après un an de suivi, ce qui n’est pas négligeable”.

Il ambitionne donc de leur faire perdre du poids. L’une des conclusions majeures de cette étude est la suivante : on mésestime trop souvent le rôle de la dépression dans la schizophrénie… Il faut donc améliorer les symptômes de la dépression par des pistes pharmacologiques et par des psychothérapies ciblées sur la dépression.

Le problème est que l’on recense trop peu de thérapeutes formés. Estimant qu’ils ne savent pas faire, ils préfèrent ne pas suivre des personnes schizophrènes. Les pouvoirs publics doivent comprendre que la formation spécifique dans la schizophrénie est essentielle !”,

précise Guillaume Fond. Quoi qu’il en soit, la recherche progresse…

Nous réalisons actuellement plusieurs collaborations internationales. Les centres experts mis en place en 2009 ne sont pas étrangers aux progrès enregistrés. Il en existe 10 en France (Créteil, Colombes, Versailles, Lyon, Grenoble, Strasbourg, Montpellier, Marseille, Bordeaux, Clermont-Ferrand) et j’invite les familles à s’y rendre”,

ajoute Guillaume Fond. Le délai d’admission est d’environ 6 semaines pour la première consultation et ensuite de 4 semaines pour le bilan. Ensuite, les personnes malades sont suivies tous les ans. Ces centres viennent en renfort du suivi spécialisé du patient !

 

 

Vos commentaires