Delphine, un moral d’acier face au cancer du sein

Cancers
Delphine, un moral d’acier face au cancer du sein

Delphine, aujourd’hui âgée de 33 ans, a découvert il y a deux ans qu’elle avait un cancer du sein. Après la surprise d’abord, la contrariété ensuite, est venu le temps de la philosophie.

Qu’est ce qui vous a le plus aidé pour faire face ?

Quand on souffre d’un cancer, il y a deux options : se laisser abattre ou voir les choses avec philosophie.  J’ai compris que cela ne servait à rien de s’énerver car de toute façon on n’a pas le choix. Je venais de perdre mon père d’un cancer du pancréas. Je me suis dit que moi, je pouvais guérir. J’ai tenté malgré tout de profiter de la vie, de partir en vacances… J’ai suivi les conseils de mon oncologue, qui m’a encouragé à penser positivement. Il me disait par exemple que si mes cheveux tombaient, il ne fallait pas être triste. Que c’était bon signe puisque du coup, les traitements marchaient. J’avoue que ma fille m’a été d’une aide précieuse. Agée d’un an à ce moment là, elle ne pouvait comprendre, et pour elle, il fallait que je garde la face.

Qu’avez-vous appris sur vous même et sur les autres ?

Je suis ressortie de cette épreuve plus forte. Plus exigeante aussi. Cela m’a permis de relativiser un certain nombre de choses, mais j’avoue que je peux être agacée quand des gens se plaignent pour un rien.

Avez vous rencontré des difficultés particulières ?

Oui, j’ai eu un staphylocoque doré qui m’a énormément fatigué. J’aurais peut être du attendre un peu avant de me faire reposer un sein.

Dans quelle mesure la maladie a-t-elle transformé votre vie ?

Je vis plus intensément encore qu’auparavant, car je me suis rendu compte que je n’étais pas éternelle. La maladie est derrière moi mais je dois néanmoins prendre des médicaments pendant encore cinq ans durant la phase de rémission. J’aimerais un deuxième enfant, mais pour le moment, du fait des traitements, ce n’est pas possible. En cela, ma vie est un peu chamboulée. Mais ce sera peut-être pour plus tard…

Qu’avez vous envie de donner comme conseils aux personnes qui souffrent d’un cancer ?

Qu’ils ont des chances de guérir. Et qu’il faut tenter de vivre le plus normalement possible. Pour ma part, je revis presque comme avant. La preuve, je vais faire la Parisienne le 15 septembre prochain !

Vos commentaires