Ces bénévoles qui aspirent à rendre ce qu’ils ont reçu

Vie sociale
Ces bénévoles qui aspirent à rendre ce qu’ils ont reçu

Il n’est pas rare que des personnes ayant bénéficié du soutien d’associations de patients aient à leur tour envie, une fois guéries, d’apporter de l’aide. Les exemples d’Isabelle (en photo ci-dessus) et de Stéphane en témoignent.

Concerné par une maladie mentale, ce dernier s’est impliqué par le passé pour le secours populaire. Il va à présent rejoindre les équipes de l’association “Schizo Oui”. En tant que patient, il a bénéficié de l’aide de bénévoles et souhaite désormais rendre l’attention qu’il a reçu.

Après avoir travaillé pendant 17 ans comme pharmacien, il a été licencié à la suite d’une crise, et n’a pas travaillé depuis 2008. « L’association “Schizo Oui” est à la fois soudée et chaleureuse. J’ai envie en tant que patient de montrer que l’on peut être schizophrène et heureux« , explique-t-il.

Elles arrivent avec leur recul sur la maladie »

Isabelle, elle aussi, est passée « de l’autre côté de la barrière ». Quand elle était hospitalisée pour son cancer du sein, elle a bénéficié de la visite d’une bénévole de l’association “Vivre comme avant”.

« Elle est venue me voir juste après ma mastectomie. Je peux vous assurer que lorsque vous êtes seule dans une chambre d’hôpital, avec un sein en moins, c’est un moment vraiment difficile. Puis ces femmes arrivent avec leur sourire, leur gentillesse, leur empathie et leur recul sur la maladie ».

Pour elle, ce soutien a été résolument précieux. Elles l’ont rassurée. « Elles sont porteuses d’espoir, car bien qu’elles aient traversé cette épreuve, elles ont retrouvé une vie presque normale comme avant », souligne-t-elle.

Au fur et à mesure de l’avancée de ses traitements, elle a pu compter sur ces bénévoles et leur poser des questions.

« Elles m’ont apporté beaucoup d’informations sur la reconstruction et m’ont mises en relation avec d’autres patientes. J’ai énormément apprécié leur écoute et leur disponibilité. Je sentais bien qu’elles agissaient avec sincérité, je me sentais comprise ».

L’envie d’aider en retour

Moralement, cet accompagnement lui a été d’une grande aide. Il lui a permis d’avancer, de faire des choix. Une fois guérie, elle a eu envie, à son tour, de s’investir dans l’association, et d’aider d’autres femmes.

« Dans ma famille, le bénévolat n’est pas un vain mot. J’ai baigné dans cet état d’esprit, et cela m’a paru très logique de m’investir au sein de pour « Vivre comme avant » ».

Isabelle s’est alors impliquée dans le comité pour Octobre Rose à Cholet. Parmi les projets sur lesquels elle a travaillé : une exposition photos avec un professionnel venu photographier des patientes, avec pour objectif le fait de les mettre en lumière.

« L’une d’elle avait vraiment du mal à s’accepter. Ces séances photo ont été un déclencheur. Elle a pris contact avec un coach, et s’est mise à réapprivoiser son image, puis à se trouver belle à nouveau ».

Une belle victoire contre la maladie !

Vos commentaires