Concevoir un enfant après un cancer, c’est possible

Cancers
Concevoir un enfant après un cancer, c’est possible

Une nouvelle technique pourrait mettre du baume au cœur de nombreuses femmes qui, après un cancer, désirent un enfant….

Si les progrès en matière de traitements destinés à lutter contre le cancer sont considérables, leurs effets secondaires peuvent jouer sur la fertilité féminine et masculine, comme nous l’expliquait Deborah Schoumann-Antonio. Heureusement, les avancées existent aussi du côté de la préservation de la fertilité. Une Française de 34 ans a récemment donné naissance à un enfant, alors même que son traitement pour un cancer du sein l’empêchait de tomber enceinte. Cette prouesse est liée à une nouvelle technique consistant à recueillir des ovules non matures avant de les congeler. 

 

Une première mondiale

Actuellement, il est proposé aux femmes de moins de 40 ans qui subissent un traitement susceptible d’affecter leur fertilité de congeler leurs ovocytes afin de préserver leurs chances de grossesse future. Cette méthode consiste, grâce à une stimulation hormonale, à prélever des ovules arrivés à maturation. Mais, dans les cancers du sein hormonodépendants, la stimulation est contre-indiquée. L’équipe de Michaël Grynberg, directeur du département de médecine de la reproduction à l’hôpital Antoine Béclère de Clamart (Hauts de Seine) a alors utilisé une autre méthode. Il a ainsi prélevé sept ovocytes immatures chez une patiente avant de les porter à maturation en laboratoire pendant 48 heures. Ils ont ensuite été vitrifiés, autrement dit congelés, par le biais d’une méthode permettant une meilleure conservation. « Dans le cancer du sein, environ 40% des femmes de 40 ans deviennent infertiles à cause de leur traitement, et 15% à 20% des femmes de 30 ans », estime le gynécologue-obstétricien.

 

Un bébé en bonne santé

Le cancer de Claudy avait été diagnostiqué lorsqu’elle était âgée de 29 ans. La patiente a ensuite été traitée pour son cancer du sein par chimiothérapie. Après cinq années sans rechute, elle a été déclarée guérie mais ne parvenait pas à concevoir un enfant, du fait des traitements reçus. Elle a alors été autorisée à utiliser ses ovocytes préalablement décongelés et qui avaient survécu à cette procédure. Ils ont été inséminés par injection de spermatozoïdes et un embryon issu de cette insémination a ensuite été transféré dans son utérus. En juillet 2019, elle a accouché d’un petit Jules.

 

Beaucoup d’espoirs pour d’autres femmes

Si la vitrification ovocytaire a déjà permis par le passé à de nombreuses femmes d’avoir des enfants, c’est la première fois qu’une grossesse est menée à bien chez une patiente traitée pour un cancer à partir d’ovules ayant été soumis à la fois à une maturation in vitro et à une vitrification. Cette technique est sans doute  un peu moins efficace que la congélation d’ovocytes prélevés à maturité, mais elle peut quand même permettre à certaines femmes d’avoir des enfants. Elle apporte ainsi beaucoup d’espoirs à des femmes encore en âge de procréer et devenues infertiles suite aux traitements contre le cancer du sein. Quand on sait que les patientes concernées par le cancer du sein sont de plus en plus jeunes, l’histoire de Claudy alimente beaucoup d’espoirs….

M-FR-00004102 – (v1.0) Etabli en avril 2021