Marisol Touraine parie sur l’innovation

Système de santé
Marisol Touraine parie sur l’innovation

L’alliance entre l’excellence médicale et l’excellence sociale fait l’attrait du système français. Il n’en demeure pas moins qu’une révolution silencieuse est à l’œuvre, sans le dénaturer, mais pour l’optimiser.

« Il nous revient de faire face à une situation triplement inédite : on vit plus vieux, on peut vivre avec la maladie et on peut désormais de plus en plus être soigné chez soi », relève la Ministre. Elle se veut rassurante sur le montant des économies à réaliser et évoque des voies d’innovation, liés notamment aux progrès de la médecine.

On peut vivre avec la maladie, mais cela suppose un suivi au long cours, très différent des soins qui s’adressent aux malades aigus. « Le développement de techniques moins invasives, qui limitent le temps qu’il faut passer à l’hôpital, comme les succès de la recherche pharmaceutique permettront bientôt aux malades d’être de plus en plus soignés chez eux : la chimiothérapie à domicile, par exemple, se banalisera. Hier, le patient devait se déplacer; demain, c’est le système de santé tout entier qui s’organisera autour de lui », prédit-elle.

Il faut donc consacrer des moyens croissants à l’innovation, que celle-ci soit pharmaceutique, médicale, organisationnelle ou sociale afin de financer le modèle social.

Dans le plan d’économies annoncé par le gouvernement, 10 milliards sont à réaliser en matière de santé. Surréaliste ? Non, selon Marisol Touraine, car des marges de manœuvre existent. Le gouvernement ne franchira pas la ligne rouge des déremboursements car « emprunter cette voie pénaliserait les plus modestes d’entre nous, ceux qui hésitent déjà à se soigner pour des raisons financières ».

Et de poursuivre « nous avons, d’ores et déjà, diminué de 30% le déficit de l’assurance-maladie, sans jamais porter atteinte au niveau de prise en charge. Nous avons réalisé des économies importantes, tout en créant des droits nouveaux pour les Français : le remboursement à 100% de l’interruption volontaire de grossesse, notamment, a représenté une avancée sociale majeure ».

Sa stratégie s’articule autour de quatre objectifs : plus de proximité (en optimisant le parcours de soins), plus d’efficacité (système en évitant les doublons, les redondances et les actes inutiles), une meilleure régulation des dépenses de médicaments et une meilleure coordination de l’action des acteurs intervenant dans le champ de la santé.

« Pour permettre aux générations futures de bénéficier de l’excellence de notre système de santé, Il faut oser le pari de l’innovation », conclut-elle.

Vos commentaires