Troisième plan cancer : des objectifs ambitieux

Cancers
Troisième plan cancer : des objectifs ambitieux

Plus de la moitié des patients guérissent du cancer, néanmoins cette maladie reste la première cause de mortalité en France. Plus de 350.000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année. La maladie coûte 14 milliards d’euros par an à la société. C’est la raison pour laquelle le contenu du troisième plan cancer, annoncé aujourd’hui, est observé de près !

Le nombre de nouveaux cas a doublé au cours des 30 dernières années. On estime qu’aujourd’hui, en France, 3 millions de personnes vivent avec ou après un cancer. Face à ce constat, le chef de l’Etat a présenté ce mardi à la Maison de la Mutualité (où les équipes Voix des Patients était présentes), le nouveau plan cancer. La première bonne nouvelle, c’est le montant de l’enveloppe. Ce plan est doté d’ 1,5 milliard d’euros. « La lutte contre les inégalités dont sont victimes les patients est une priorité. Ce plan est aussi axé sur la lutte contre le tabagisme, la principale cause évitable de cancer », a déclaré François Hollande. Il a insisté sur le fait que « les hausses de prix du tabac se poursuivront » et que les nouvelles recettes financeront un fonds pour la recherche, la prévention et la prise en charge du cancer.

Ce nouveau plan est construit autour de 17 objectifs de santé, répartis en trois grandes parties : guérir plus de personnes malades, préserver la continuité et la qualité de vie, et investir dans la prévention et la recherche. Une dernière partie plus organisationnelle souligne la nécessité d’optimiser le pilotage et les organisations de la lutte contre les cancers pour gagner en efficience et met en avant la place de la démocratie sanitaire.

Renforcer le dépistage

Pour les cinq années à venir, le dépistage est une priorité, surtout en ce qui concerne le cancer du col de l’utérus. « Garantir des diagnostics plus précoces est essentiel pour guérir plus de personnes malades. Pour le moment, des incitations au dépistage existent autour du cancer du sein et du cancer colorectal. Le plan prévoit d’inclure aussi les personnes dont les risques sont aggravés pour des raisons génétiques. Le troisième dépistage organisé va être lancé en France : celui du col de l’utérus », détaille le Pr Agnès Buzyn, directrice de l’Inca. Ce cancer est en effet très marqué par les inégalités sociales, car beaucoup de femmes n’ont pas accès aux gynécologues de manière systématique. Il s’agit de les orienter toutes vers un frottis tous les 3 ans, mais aussi de vacciner toutes les jeunes filles. « Un tiers des femmes atteintes de ce cancer en meurent, nous voulons donc l’éradiquer », insiste Mme Buzyn.

Réduire les inégalités et booster la recherche

Parmi les ambitions de ce troisième plan, il y a aussi une volonté d’accélérer la recherche, et notamment le nombre d’essais cliniques contre le cancer. Le séquençage haut débit du génome va se poursuivre. En matière de génomie du cancer, l’Inca joue un rôle déterminant. « Il s’agit de conforter l’avance de la France et  de passer un cap technologique pour avoir des analyses plus fines du génome des tumeurs », précise la directrice de l’Inca.

Le président souhaite que les essais thérapeutiques concernent tous les cancers, y compris ceux du domaine pédiatrique, mais aussi toutes les régions. Force est de constater que l’outremer, par exemple, n’en bénéficie à l’heure actuelle quasiment pas. Pour Agnès Buzyn, c’est une vraie chance pour un patient de pouvoir participer à ces essais cliniques : «  c’est un gage d’accéder à un traitement innovant et aussi un gage de sécurité de prise en charge ».

La volonté de donner à tous les malades la même chance de guérison s’inscrit dans le prolongement des plans précédents. « Encore faut il bien comprendre ce qui peut induire des différences de chances », insiste Agnès Buzyn. Les délais d’accès à des IRM par exemple varient de15 jours à 6 semaines, ce qui joue un rôle sur le pronostic de la maladie. Le plan prévoit donc que les régions dans lesquelles les patients sont les plus pénalisés seront dotées en priorité.

L’un des objectifs consiste aussi à doubler le taux de prise en charge en ambulatoire à l’horizon du plan et à développer l’innovation que constitue la radiothérapie avec modulation d’intensité, adaptées à certaines tumeurs. Pour cela, il s’agit de faire évoluer les formations aux métiers de la cancérologie. Le président a d’ailleurs annoncé le métier d’infirmier clinicien.

Améliorer la qualité de vie

« Il faut aussi mettre en place des actions sur la qualité des soins. Les établissements peuvent monter d’un cran en matière d’exigence de qualité, que ce soit pour les délais de prise en charge ou la réhospitalisation après une chirurgie. De nouveaux indicateurs seront définis avec les professionnels de santé », précise le Pr Buzyn. Une mise en place qui a nécessité un important travail d’élaboration !

« Pour la prise en charge du cancer de l’ovaire et de l’oesephage, des soins plus adaptés s’imposent. De même, les prises en charge complexes pour les enfants atteints de cancer vont être revues. Certains centres de haute technicité vont être labellisés, quand ils nécessitent des actes très spécifiques », ajoute-t-elle.

Egalement au programme, un développement de la télémédecine, notamment pour le diagnostic en dermatologie, en cas de suspicion de mélanome par exemple. Mais aussi une meilleure coordination entre la ville et l’hôpital. François Hollande a insisté sur l’importance de formaliser un vrai moment d’échange entre l’hopital et la ville avec la remise d’un programme personnalisé de l’après cancer.

Réduire les risques de séquelles et de second cancer est également un point essentiel.  « Par ailleurs,  l’accès à préservation de la fertilité passe parfois à la trappe dans la prise en charge initiale or c’est une sécurité pour des ado et de jeunes adultes », souligne Agnès Buzyn.

Pour améliorer la qualité de vie, le plan prévoit de diminuer l’impact du cancer sur vie quotidienne en permettant à des enfants de poursuivre leur scolarité à l’hôpital. Le CNED sera gratuit de 16 ans jusqu’au master pour ceux qui ont des difficultés à retourner en cours. « Par ailleurs, il est essentiel de sécuriser les parcours professionnels mais aussi d’assouplir les règles pour bénéficier des indemnités journalières. Les reconstructions mammaires seront prises en charge dans le cadre de contrats solidaires responsables, grâce à une offre de soins sans reste à charge pour permettre aux femmes d’y accéder à un tarif opposable », ajoute Mme Buzyn.

Le droit à l’oubli

Enfin, l’obtention d’un droit à l’oubli, annoncé par le président, va changer la vie des gens et permettre à la convention Aeras de progresser. « Un jeune adulte doit avoir le droit de refaire sa vie sans avoir à déclarer à son assureur, 10 ans plus tard, qu’il a été malade, si tant est qu’il soit guéri. C’est un progrès considérable », selon A Buzyn.

 

Ce troisième plan a été bien accueilli par l’ensemble des acteurs. Pour Jacques Raynaud, président de la fondation ARC, le président a pris la mesure de la tâche : « les thèmes répondent aux attentes des chercheurs et des professionnels de santé. Les mesures sur la prévention sont considérées comme un investissement et il y a lieu de s’en réjouir ».

Vos commentaires