Cancers

À quoi ressembleront mes cheveux après la chimio ?

Pour une femme, perdre ses cheveux est très traumatisant. Si la repousse varie en fonction des chimiothérapies suivies, les cheveux réapparaissent en moyenne entre un et trois mois après l’arrêt du traitement. Quelques astuces pour mieux vivre cette difficile période.

Tout d’abord, il faut savoir que si la chimiothérapie provoque la chute des cheveux, c’est parce qu’en détruisant les cellules cancéreuses, elle agit également sur d’autres cellules, comme celles du bulbe pileux.

Chute des cheveux : opter pour une perruque ?

La chute débute environ deux semaines après la première séance du traitement. Dans la grande majorité des cas, le bulbe n’est pas détruit et le cheveu pourra donc repousser à la fin du traitement. Il n’en demeure pas moins que beaucoup de femmes, mais aussi d’hommes, optent pour une perruque dont le choix se détermine avant même la perte des cheveux.

Si certaines personnes préfèrent changer complètement de look, la majorité opte pour une perruque qui ressemble le plus possible à la couleur et coupe de cheveux d’avant la maladie. Contrairement aux idées reçues, le port d’un foulard ou d’une perruque ne ralentit pas la repousse, car ce sont les racines qui agissent sur la croissance des cheveux.

Les perruques en cheveux naturels sont plus chères que celles en cheveux synthétiques, mais il convient de noter que ces dernières sont désormais de bien meilleure qualité. En plus d’être moins onéreuse, elles présentent aussi l’avantage de ne pas avoir besoin d’un brushing avant d’être portées. La sécurité sociale et la mutuelle prennent en charge une partie du prix, mais pas l’intégralité.

Stimuler son cuir chevelu et bien se nourrir

Les cheveux poussent en moyenne d’un centimètre par mois. A noter, certains traitements comme l’hormonothérapie (utilisée notamment pour traiter les femmes atteintes d’un cancer du sein) peuvent altérer la repousse, laquelle sera plus lente avec des cheveux parfois clairsemés, fins et très clairs.

Le fait de stimuler son cuir chevelu par le biais de massage va entraîner une activation sanguine qui peut jouer favorablement sur la pousse des cheveux. Il n’existe aucune preuve formelle certifiant l’efficacité d’un produit pour accélérer la repousse des cheveux après une chimiothérapie.

Certaines personnes recommandent toutefois l’application d’huile de ricin sur la totalité du cuir chevelu chaque soir avant de dormir, en raison de sa teneur en vitamine E. Par ailleurs, certains aliments riches en vitamine B comme les légumes verts, le chocolat ou encore les lentilles aideraient à renforcer la fibre capillaire.

Un aspect parfois différent et des soins particuliers après une chimio

L’aspect des cheveux après la repousse peut être différent, mais ce n’est pas systématique. Pour de nombreuses femmes, la couleur ou la texture peuvent changer, mais pour d’autres, l’aspect reste le même. Par ailleurs, il arrive que le changement soit définitif, mais il peut aussi ne pas l’être. Par exemple, une femme aux cheveux raides peut se retrouver avec des cheveux frisés, avant qu’ils ne retrouvent par la suite leur aspect d’origine.

Patience ! Il faut parfois patienter plusieurs mois pour que les cellules pilaires récupèrent pleinement de la chimiothérapie et que les cheveux s’épaississent et se pigmentent à nouveau. Si la repousse se fait trop attendre, une greffe de cheveux peut être prescrite. Elle est alors remboursée partiellement par la Sécurité sociale.

Si par la suite, les cheveux peuvent être colorés, il faut veiller à ce que les produits ne contiennent pas d’ammoniaque, d’où l’intérêt des colorations végétales. Plus que jamais, il faudra en prendre bien soin…

Administrateur

Articles récents

En se projetant en vacances, elle a mieux appréhendé son traitement contre le cancer

Profiter d’un moment de vacances quand on suit un traitement lourd, c’est possible. Encore faut-il…

3 jours ago

Les astuces de Patricia pour retrouver calme et sérénité

Patricia s’occupe beaucoup de ses parents, atteints respectivement d’Alzheimer et de Parkinson. Elle-même souffre de…

1 semaine ago

« Je me suis tue par peur, par fierté et par discrétion »

Atteinte de Polyarthrite Rhumatoïde, Barbara a mis 10 ans à en parler à son employeur.…

2 semaines ago

L’évaluation de la douleur infantile

Comment prendre en charge correctement un enfant qui souffre ? Comment évaluer la douleur d’un…

4 semaines ago

« Je me suis donné le droit d’aller mal, et de le dire »

Atteinte d’une sclérose en plaques, Isabelle a toujours donné le change, pour éviter « d’importuner son…

1 mois ago

Juste après sa grossesse, elle est touchée par une thyroïdite de Hashimoto

Après sa grossesse, Sophie se sentait fatiguée, apathique et surtout gonflée. Elle raconte les difficultés…

1 mois ago