Activité physique et polyarthrite rhumatoïde : témoignage d’une patiente

Activité physique et polyarthrite rhumatoïde : témoignage d’une patiente

Pratiquer une activité physique lorsque l’on est atteint de polyarthrite rhumatoïde est important. Même si ce n’est pas toujours facile, la pratique d’un sport n’est absolument pas incompatible avec cette maladie rhumatismale.

Bien que les mouvements puissent intensifier la douleur, et que la grande fatigue décourage parfois certains patients, une activité physique est capitale pour rester en bonne santé. Le tout est d’adapter sa pratique et de ne pas faire d’exercices physiques trop intenses.

Lors des dernières rencontres FAR, nous avons rencontré Sylvie, une patiente qui était très active avant que la polyarthrite rhumatoïde ne lui soit diagnostiquée. Cette sportive a été catastrophée quand un médecin lui a annoncé, au début de sa maladie, qu’elle allait devoir renoncer à faire de l’exercice. « Il m’a dit que j’allais devoir arrêter le sport parce que mes pieds gonflaient », se souvient-elle.

Depuis, Sylvie a trouvé une activité qu’elle peut pratiquer sans douleur au moins trois fois par semaine. Il s’agit de l’aquagym en suspension dans une fosse ; une gymnastique aquatique pratiquée en eau profonde à l’aide d’une ceinture de flottaison. « En petit bassin, j’avais des douleurs au niveau des genoux et des hanches. La solution a été de pratiquer ce sport en suspension », explique-t-elle.

Grâce à la pratique de ce sport, cette patiente a réussi à trouver un peu de sérénité : « quand je ne vais pas bien, je rentre dans l’eau. Le sport apporte de la détente et permet d’évacuer le stress ».

Si vous aussi vous souhaitez commencer ou reprendre une activité physique, n’hésitez pas à en discuter avec votre rhumatologue ou votre kinésithérapeute, ils sauront vous aiguiller vers un sport parfaitement adapté à votre maladie.

 

© Salome – Fotolia.com

Vos commentaires