Saviez-vous que la BPCO peut démarrer avant même la naissance ?

Saviez-vous que la BPCO peut démarrer avant même la naissance ?

La bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) est une maladie respiratoire qui touche 3,5 millions de personnes en France. Et qui pourrait se déclarer in utero…

 

Cette maladie se caractérise par une obstruction permanente et progressive des voies aériennes. Si elle est liée au tabac, ce n’est pas uniquement une maladie de fumeur. En effet, l’altération de la fonction respiratoire peut commencer très tôt dans la vie. Le calibre des voies aériennes à la naissance aurait ainsi un impact sur cette pathologie, comme l’ont rappelé des pneumologues lors d’un récent congrès annuel. En 1991, une étude publiée dans le British Medical Journal avait déjà mis en évidence un lien entre un faible poids à la naissance et la détérioration de la capacité pulmonaire chez l’adulte.

 

Divers facteurs de risques

 

Le risque de développer une BPCO est plus important lorsque la croissance des voix aériennes n’a pas été optimale. Et c’est dès l’état embryonnaire que les choses se jouent ! Ainsi, le tabagisme maternel pendant les premiers mois de la grossesse est un facteur qui agit sur la croissance pulmonaire. La dysplasie bronchopulmonaire, une complication respiratoire grave qui peut survenir en cas de prématurité pourrait également être un facteur de risques puisqu’elle peut entraîner une perte définitive du volume expiratoire maximal par seconde (VEMS).

Toutefois la consommation de cigarettes de la future maman n’est pas seule en cause. La pollution atmosphérique à laquelle est soumise la femme enceinte ou encore son taux de vitamine D pourraient aussi avoir un impact sur la croissance fœtale. Enfin, autre facteur de risque : l’exposition précoce chez le jeune enfant à certains virus ou une pathologie asthmatique. Il en résulte une moins bonne croissance des voies aériennes.

Des études menées sur des souris mettent en évidence le fait que la baisse des fonctions respiratoires est bien plus intense chez des animaux dont la mère a été soumise à des fumées de tabac pendant la grossesse et dont les capacités respiratoires sont déjà altérées.

Les messages de prévention sur le tabac auprès des femmes enceintes doivent donc être redoublés. Mais aussi auprès des jeunes connus pour avoir subi une perte précoce de leur capital respiratoire. En effet, fumer à l’adolescence est encore plus dangereux pour eux que pour d’autres, puisque le tabac aura des effets néfastes sur les poumons beaucoup plus rapidement !

À noter, la BPCO touche aussi de plus en plus de femmes et se développe avec des symptômes plus sévères que chez les hommes, à niveau d’obstruction des bronches égal. Il existe un moyen simple pour limiter la progression de la maladie : l’arrêt de la cigarette. Puisque cette maladie est moins bien diagnostiquée chez la femme, il est important d’en améliorer la prévention chez cette cible afin qu’elle soit détectée et des mesures soient prises plus précocement.

Vos commentaires