Faut-il prévoir un statut pour les aidants ?

Faut-il prévoir un statut pour les aidants ?

Florence Leduc, Présidente de l’Association française des aidants, revient sur cette question, véritable serpent de mer ces dernières années.

Elle rappelle avant tout qu’on a commencé très récemment à parler des aidants, après des décennies de mutisme. Leur quotidien souvent difficile est enfin abordé. Cette prise de conscience a fait émerger la revendication d’un statut pour les aidants. L’objectif serait un ensemble de textes destinés à régler la situation de ces personnes, et à fixer des garanties fondamentales.

Revendiquer un statut pour les aidants pourrait simplement consister à rassembler dans un seul et même texte la liste des droits actuellement en vigueur dans différents textes législatifs et réglementaires et les faire connaître aux proches aidants de façon systématique !

explique Florence Leduc. Elle précise qu’il suffirait ainsi de piocher dans la loi Léonetti, mais aussi dans la loi d’adaptation de la société au vieillissement ou encore dans les ordonnances travail. Pour autant, ce n’est pas si simple que cela. En effet, un statut est constitué par un corpus de droits et devoirs ; et selon elle, c’est là que le bât blesse ! Pourquoi ? Car les aidants sont d’ores et déjà lourdement mis à contribution.

A ses yeux, il faut donc vérifier que les obligations ne sont pas plus contraignantes que les droits, et que les aidants conservent bel et bien leur liberté d’agir, ainsi que leur liberté de consacrer le temps qui leur est nécessaire pour concilier leur fonction d’aidant avec les autres domaines de la vie. Autre motif de réserve : la difficulté des lois à s’adapter à chaque situation spécifique.

Elle en conclut que ce dont les proches aidants ont besoin, c’est certes d’un statut donnant droit à des aides financières, mais aussi d’une écoute. Ils sont en quête d’informations et de conseils pour pouvoir concilier leur fonction d’aidant et les autres domaines de leur vie, et aspirent à des soins pour préserver leur santé. Autre aspect indispensable pour eux : le répit. Il est donc est urgent de parler de ces sujets pour faire évoluer les lignes.

Vos commentaires