Le cancer colorectal ne concerne pas que les séniors et les hommes

Cancers
Le cancer colorectal ne concerne pas que les séniors et les hommes

Halte aux idées reçues ! Pas besoin d’avoir une carte vermeil pour être frappée de plein fouet par cette maladie. A 36 ans, Chrystel Bertou a découvert qu’elle avait un cancer. Quatre ans plus tard, elle revient sur ce moment de sa vie, et raconte la façon dont elle n’a cessé de s’impliquer depuis, pour sensibiliser à l’intérêt du dépistage.

« Mon père a eu un cancer du côlon, ma grand-mère en est décédée. Pourtant, on pense toujours que ça n’arrive qu’aux autres »,

explique la jeune femme. Pendant sa seconde grossesse, on lui recommande de faire une coloscopie. Craignant pour le bébé, Chrystel décide de remettre à plus tard. Après un accouchement difficile, et plusieurs points de suture, les douleurs se précisent. Mais les médecins ne prennent pas ses troubles au sérieux. Diarrhées, vomissements, malaises vagals, pertes de poids se succèdent , mais elle n’obtient pour seule ordonnance que des antidiarrhéiques.

On me disait que j’étais trop stressée. Personne ne s’est affolé jusqu’à ce que mon mari tire la sonnette d’alarme. J’ai alors passé une coloscopie et on m’a découvert une tumeur de 14 cm »,

raconte-t-elle.

Chirurgie, chimio et récidives

Elle est alors dirigée à l’hôpital de la Timone, à Marseille. Elle est opérée sous coelioscopie, et on lui enlève une grande partie du rectum. Suite à quoi, elle enchaîne les chimio par voie orale. « A ce moment là, mon père et moi avons fondé France Côlon pour sensibiliser le grand public », précise Chrystel, qui en est la vice-présidente.

2008_09192014ag0029

Elle accompagne alors des patients, auxquels elle offre une écoute attentive et bienveillante, jusqu’à ce qu’on lui diagnostique une récidive. Un nodule de 2 mn s’est manifesté sur la cicatrice. Rebelote : elle passe à nouveau sur la table d’opération où son chirurgien pratique une laparotomie, autrement dit, une technique consistant en l’ouverture de l’abdomen par une incision laissant le passage à d’autres actes chirurgicaux sur les organes abdominaux et pelviens. Grâce à un système d’iléostomie, son transit intestinal est dérivé directement de l’iléon vers l’extérieur, si bien que les matières fécales sont récupérées dans une poche qu’elle gardera 16 mois. Remise en continuité en Octobre 2015. Depuis, tous les trois mois, Chrystel est suivie pour des contrôles.

Le dépistage, c’est essentiel

En parallèle de son activité au sein d’un centre pour handicapés, elle continue de prêcher la bonne parole pour sensibiliser aux vertus du dépistage.

Le test est désormais beaucoup plus simple. Pour faire tomber les tabous, nous mettons des affiches et des prospectus dans les salles d’attente, mais force est de reconnaître que peu de gens osent en parler »,

précise-t-elle. Dans « tumeur », certains entendent « tu meurs ». Pourtant, on en meurt de moins en moins, à la fois en raison de la qualité des traitements, mais aussi car le dépistage permet de prendre le mal à la racine. Encore faut-il que les gens en aient conscience ! « Les messages sont compliqués à faire passer, mais on y arrivera », conclut avec optimisme Chrystel Bertou.

Vos commentaires