« Le cancer m’a sauvé la vie »

Cancers
« Le cancer m’a sauvé la vie »

Et si on parlait enfin de la maladie sous l’angle du positif ? Comme chaque année, la journée mondial du lymphome, qui se tient le 15 septembre, a vocation à sensibiliser à cette maladie. Pour cette 13ème édition, France Lymphome Espoir se focalise sur les aspects positifs de la maladie. Et ça fait du bien !

L’association a en effet tenu à mettre en avant le fait que les lymphomes se soignent et permettent de vivre une vie quasi normale. Et même parfois mieux que simplement « normale » !

La maladie : un déclencheur de vie

En effet, certains patients, en dépit de l’effet traumatique, ont une sorte de déclic. Un peu comme si le lymphome était un déclencheur de changement de vie ! Ce processus a été conceptualisé depuis les années 90 par le psychologue Richard Tedeschi, avec ce qu’il appelle le « Post Traumatic Regrowth » , traduisez croissance post-traumatique. Dans une certaine mesure, la maladie est pour certains patients un vecteur de développement personnel. Les personnes modifient leur vision d’elles-mêmes, et découvrent à quel point elles peuvent être résilientes, et parfois même sages et fortes. Beaucoup décrivent des changements au niveau de leur philosophie de vie, au sens où elles apprécient davantage encore chaque jour qui passe. Ayant envisagé la mort, elles ont une conscience renforcé de ce que signifie le fait de vivre. De plus, les relations sont renforcées. Du moins celles avec les gens qui ont vraiment été présents parmi les amis et la famille. Il n’est pas rare que des patients éprouvent une compassion et une gentillesse accrues envers autrui.

Des vidéos pour témoigner de cette soif de vivre

France Lymphome Espoir a créé une plateforme digitale pour valoriser des témoignages vidéo de patients, afin de valoriser leurs réalisations personnelles après la maladie. « Entre la période avant et après le lymphome, il y a eu ce déclic, j’ai eu envie de profiter de la vie, de pas forcément me priver de certaines choses. Par rapport au sport par exemple je fais moins attention à ce que je mange », explique Antoine. « Il est évident que j’allais m’en sortir que c’est une étape à passer. Aujourd’hui à 52 ans, j’ai deux enfants, je vais me marier, et je suis heureuse » raconte pour sa part Isabelle. Il est important pour s’en sortir de construire l’avenir, comme le souligne Olivier : « le lymphome m’a aidé à me retrouver sur ce que j’aime bien, je ne voulais pas m’installer dans un rythme de malade, je voulais chercher un projet ». Très enthousiaste Marion affirme quant à elle : « c’est une seconde vie en dix fois mieux, je ne suis plus du tout pessimiste. Le cancer m’a sauvé la vie » ! Infirmière, Gisèle Compaci observe régulièrement cette positive attitude : « j’ai une grosse majorité de patients qui me disent les valeurs de vie ont changé, ils ont maintenant la capacité grâce à ce qu’ils ont vécu de prendre du recul par rapport à certaines choses du quotidien ».

Vos commentaires