Muscler son mental grâce au yoga, oui. Mais lequel choisir ?

Muscler son mental grâce au yoga, oui. Mais lequel choisir ?

On reconnaît à cette discipline de multiples vertus. Bien plus qu’une simple gymnastique, le yoga agit au niveau de l’esprit. A condition de savoir vers lequel s’orienter.

Quels bénéfices ?

Si le yoga s’adresse à tous, et permet d’allonger les muscles et de modeler le corps, il est particulièrement pertinent pour les personnes atteintes de maladies chroniques. En effet, il s’agit d’une activité douce, mais aussi parce qu’elle permet de de lutter contre le stress. Les patients concernés par des cancers de la prostate et sous radiothérapie y trouveront des ressources pour diminuer la fatigue et améliorer leurs fonctions sexuelles et urinaires, à raison de deux séances de yoga par semaine.

Notez que ces bénéfices ne sont pas immédiats. Il convient d’être régulier et persévérant. Parfois, une année entière est nécessaire pour percevoir des changements en soi, mais à terme, la pratique permet de développer une certaine souplesse psychique.

Nous alléger, nous “désencombrer” des pensées fausses, des idées toutes faites et des comportements erronés, tel est l’un des apports de la discipline. Grâce à un travail corporel permettant de sortir de réflexes conditionnés, le changement s’opère alors même qu’on ne le pensait pas possible… L’objectif est d’être plus en contact avec ce que nous sommes. Dans la tradition hindoue, le yoga est d’ailleurs une voie de connaissance de soi.

Le yoga nous donne une boussole intérieure qui permet de ne pas se laisser emporter par eux et de les relativiser, les atténuer, les dépasser sans pour autant les nier, et donc de les traverser,

explique Philippe Filliot, professeur de yoga. La confiance en soi, elle aussi, s’en trouve particulièrement grandie.

Quel type de yoga ?

Il n’en demeure pas moins qu’il n’est pas facile de s’orienter vers le yoga le plus adapté en fonction de ses goûts et de ses capacités. Plusieurs types de yoga existent, et la qualité des cours et des professeurs est très variable d’un endroit à l’autre. Le mieux est de bien se renseigner en amont pour éviter les désillusions.

  • Hatha – yoga : Non compétitif, il se base sur l’écoute corporelle et vise à maintenir une bonne vitalité et santé à tout âge. Chacun va à son rythme propre. Les respirations (pranayama ) s’ajoutent aux postures. Des techniques de relaxation puis de concentration et de méditation font généralement partie du cours.
  • Ananda Yoga : C’est une forme douce de yoga développée aux Etats-Unis, qui suppose un travail sur les énergies dites subtiles ( les chakras) et s’accompagne de méditation.
  • Kipalu Yoga : ce yoga met l’ emphase sur le maintien des postures et du souffle, et ce, pendant un temps prolongé. Les élèves apprennent à se concentrer sur les réactions physiques et psychologiques provoquées par les postures. Un côté psy-thérapeutique est aussi présent.
  • Astanga-Yoga : le terme « astanga » signifie les 8 parties du Yoga. Des respirations sont jointes aux postures afin d’effectuer un nettoyage interne . A noter cette forme de yoga est assez exigeante corporellement.
  • Bikram-Yoga : il s’agit d’une série de 26 asanas conçus pour chauffer et étirer les muscles, les ligaments et les tendons. Le yoga de Bikram est célèbre pour traiter des maux physiques et pour son côté plus ‘ culturiste ‘.
  • Yoga Intégral : les cours intègrent des pratiques multiples des différents yogas, mais aussi de la méditation et des chants. Il est parfois recommandé aux personnes souffrant de pathologies cardiaques.
  • Yoga Iyengar : Les postures visent le maintien de l’équilibre avec une certaine rigueur . Les élèves travaillent avec des blocs, des courroies et des appuis divers pour maximiser les étirements. Autant dire que c’est assez physique également.

Plusieurs autres types de yoga existent, comme le yoga égyptien, le yoga tibétain, ou encore le Power Yoga , un yoga de puissance , qui pour le coup suppose une très bonne condition physique. Attention donc à ne pas vous tromper !

 

Sources : Le Figaro santé – Fédération Yoga

Vos commentaires