Après un cancer, des vacances pour mieux se reconstruire

Cancers
Après un cancer, des vacances pour mieux se reconstruire

A la tête de l’association Tribu Cancer, Jean Louis Laporte organise depuis plusieurs années des activités pour des personnes atteintes d’un cancer. Un moment d’évasion bienvenue…

Qu’ils soient en traitement ou en rémission, ces patients bénéficient (gratuitement grâce aux dons et aux fonds collectés) d’une parenthèse pour souffler et tenter d’oublier la maladie.

Les voyages offrent de nombreux bénéfices à condition que l’oncologue ait donné son feu vert. Ils apportent beaucoup d’espoir. C’est justement quand les personnes se disent que c’est fichu qu’il est urgent de leur apporter quelque chose.

explique Jean-Louis Laporte. A ses yeux, c’est un peu comme un enfant qui réalise un rêve. Depuis une dizaine d’années, son association propose à des patients de participer à des sorties en mer, à bord d’un voilier de 10 places, au large de Quiberon.

Lors de notre dernière virée, la personne la plus malade, c’était la psychologue qui nous accompagnait. Pas les patients. Certaines personnes tiennent à peine debout et cela leur fait un bien fou de monter sur un bateau. Les réactions observées sont magiques.

L’exemple de Nadia le prouve. Toujours en milieu aquatique, Tribu Cancer s’est associé à l’association Aquademie pour proposer des activités de plongée. Aller sous l’eau pour mieux « refaire surface », c’est un peu l’idée. Le Pr Jean-Pierre Lotz, chef du service d’oncologie à l’hôpital Tenon de Paris, et fervent défenseur de l’activité physique, est à l’origine de cette initiative originale. Elle s’inscrit dans un processus global de reconstruction, et invite à une renaissance après l’épreuve de la maladie.

L’objectif n’est pas d’en faire des grands plongeurs : on leur propose un baptême et on amène ceux qui le souhaitent au niveau 1,

souligne Guy Boubennec, président de l’association Aquademie, moniteur et ancien malade du cancer. Dans le cadre des « Foulées du large », Tribu Cancer propose des marches et courses sportives ouvertes à tous (que l’on soit malade ou pas). De nombreuses études montrent en effet que la pratique d’une activité physique diminue le risque de cancer et améliore la qualité de vie des patients. Tous les ans depuis 2013, deux courses à pieds (5 km et 10 km) ainsi qu’une marche caritative sont organisées au mois de juillet.

Après la mer et la terre, vive les airs ! Plus récemment, l’antenne Tribu Cancer Nouvelle Aquitaine a mis en place des baptêmes pour permettre à des patients de s’envoler. Et il n’est pas rare que des activités soient personnalisées.

Nous avons organisé un circuit automobile pour un jeune homme de 30 ans afin qu’il puisse faire un tour dans la voiture de ses rêves, la Mustang Shelby. Il est ressorti de là totalement euphorique et il allait beaucoup mieux,

souligne Jean-Louis Laporte. A ses yeux, cela a du sens pour des patients de partir en vacances ou de participer à des activités avec des personnes qui vivent la même réalité, car ils se comprennent.

Il faut à la fois parler de la maladie, car elle impose certaines limites, mais pas trop. C’est une question de juste milieu.

Vos commentaires