Maladie de Crohn : des conséquences aussi sur le cerveau

Accès aux soins
Maladie de Crohn : des conséquences aussi sur le cerveau

La maladie de Crohn touche environ 100 000 personnes en France. Une récente étude révèle que cette pathologie, au delà des troubles connus au niveau de la sphère intestinale, aurait aussi des répercussions sur le cerveau.

Outre les symptômes très gênants qu’elle entraîne (douleurs abdominales, diarrhées, vomissements), la maladie de Crohn peut occasionner des calculs rénaux, des coliques néphrétiques, des pancréatites, des troubles dermatologiques ou bien encore des troubles oculaires.

Mais ce qu’on ignorait jusqu’alors, c’est que l’inflammation perturbe également certaines capacités cérébrales. En effet, certains patients atteints de la maladie disent avoir des difficultés cognitives, en particulier des problèmes de mémoire ou bien encore des troubles de la concentration. Et ces troubles seraient liés au processus inflammatoire de la pathologie.

Une détérioration des fonctions cognitives

Cet aspect avait été relativement peu étudié jusqu’à aujourd’hui. Une équipe de chercheurs australiens de l’université Victoria ont soumis des malades à des tests cognitifs, et les résultats ont été comparés avec ceux d’un groupe en bonne santé.

Il en ressort une détérioration cognitive à savoir un temps de réponse plus long et le degré de détérioration dépend de la sévérité de la pathologie. Par ailleurs, l’étude révèle aussi un lien entre sommeil et altération cognitive, puisque les patients seraient plus enclins à souffrir de troubles du sommeil.

Ce que révèle cette étude, c’est que plus que jamais, la prise en charge doit donc être globale et tenir compte des différentes manifestations de la maladie. L’enjeu : c’est d’accompagner au mieux les patients concernés. La recherche continue heureusement d’avancer, mais on le voit, le suivi thérapeutique doit lui aussi être en mesure de s’adapter aux différentes formes de cette maladie douloureuse et invalidante.

Vos commentaires