Médecines douces : les conseils de Leila pour se faire du bien

Soins de support
Médecines douces : les conseils de Leila pour se faire du bien

Les médecines douces ont le vent en poupe. Mais pas facile de savoir à quel praticien se vouer ! Aromathérapie, yoga, magnétisme, hypnose, sophrologie ou médecine traditionnelle chinoise, pour y voir plus clair, Leila Echchihab a lancé le site Bliss You, un portail dédié à la médecine douce. Après un burn out, elle a décidé de se faire du bien… et raconte comment elle y parvient au quotidien.

Comment est arrivé votre burn out ?

Après sept ans passés en tant que responsable marketing dans le luxe, mon corps m’a envoyé des signaux d’épuisement physique et psychologique :

Je suis quelqu’un de naturellement stressée et angoissée parce que je suis assez perfectionniste, et, à ce moment-là, je voulais à tout prix faire ce que l’on attendait de moi, ce qui était très stressant émotionnellement et difficile à gérer.

J’ai commencé à avoir des acouphènes et une mâchoire tendue si bien que je grinçait des dents la nuit. Le corps est intelligent, il sait où sont ses limites: c’est un vrai indicateur et je pense qu’il faut l’écouter, mais on veut toujours aller plus loin. Mon burn-out m’a donné la force de rebondir et de m’interroger sur ce que je voulais vraiment faire dans ma vie.

Avez-vous des conseils pour avoir de l’endurance?

Il est important de s’octroyer de vraies coupures. En général, je reste seule avec moi-même, sans téléphone, sans mail, en mode digital detox. Nous sommes en permanence pendus à notre téléphone. C’est une vraie addiction, on ne s’en rend même plus compte et c’est dur de décrocher.

J’aime faire des mini-voyage, le dernier que j’ai fait c’était au Maroc dans l’Atlas, avec une randonnée yoga dans des paysages magnifiques.

Se régénérer dans la nature, ça donne une certaine force, et de la persévérance. Qu’il s’agisse d’un coucher de soleil ou d’une tempête, la nature est inspirante.

Quels sont les risques de trop travailler ?

Trop travailler peut parfois faire oublier les raisons pour lesquelles on on fait tout ça. Il faut essayer de rester connecté à ses tripes. Même si le workaholisme témoigne d’une vitalité, à long terme ce n’est pas sain. Je reconnais que c’est galvanisant et motivant, mais il ne faut pas arriver à la rupture.

Votre anti-stress le plus efficace?

Le Yin Yoga, c’est un yoga très lent, très introspectif avec beaucoup de méditation. L’objectif est de lâcher prise avec des postures allongées ou assises tenues pendant cinq minutes. C’est très reposant et régénérant.

Souvent on a l’impression qu’il faut faire des activités dynamiques pour se défouler, mais des mouvements lents, comme la natation, c’est aussi très bon pour canaliser son énergie.

Ce qui est essentiel pour vous?

Je vais continuer jusqu’à trouver la confiance en moi et le bliss, à savoir la félicité. Pour ma part, je le comprends au sens de « sérénité ». C’est pour cette raison que je me suis fait tatouer ce mot. J’aimerais pouvoir évacuer les doutes polluants pour ne garder que les doutes sains. J’aimerais surtout aligner mes valeurs personnelles et professionnelles.

Vos commentaires