Patientes atteintes d’un cancer du sein : quelle vision de leur prise en charge?

Cancers
Patientes atteintes d’un cancer du sein : quelle vision de leur prise en charge?

Qu’attendent les patientes atteintes de cancer du sein de leur relation avec les infirmiers(es) ? Sont-elles satisfaites du temps qui leur est consacré ? Echangent-elles avec les autres patientes ? Autant de questions auxquelles l’enquête Temporelles, menée à l’initiative de Roche par Kantar Health, a essayé de répondre.

L’objectif ? Améliorer les connaissances sur le vécu et le ressenti des patientes et des infirmiers(es) en hôpital de jour pour administration d’une chimiothérapie ; un sujet jusque-là très peu étudié. L’enquête dont nous allons vous dévoiler les principaux enseignements était divisée en deux volets : la partie « patientes », visant à comprendre la perception des personnes souffrant d’un cancer du sein et le côté « infirmier(e)s » analysant le rôle des soignants.

Le temps à l’hôpital de jour

– Trois heures, dont 50 minutes d’attente : c’est le temps que passe une patiente à l’hôpital de jour lors de chaque administration de traitement. Quatre patientes sur dix ont d’ailleurs exprimé une envie de voir la durée d’attente se réduire. D’une manière générale, un tiers des patientes interrogées trouve le temps passé en hôpital de jour de plutôt voire très contraignant.

– 13% des patientes atteintes d’un cancer du sein poursuivent une activité professionnelle, dont 42% en mi-temps thérapeutique.

– Une grande majorité des patientes, 80%, estime que les infirmiers leur consacrent assez de temps pour leur fournir informations, soutien et écoute. Ce sentiment de satisfaction est plus mitigé du côté des blouses blanches, puisque 46% d’entre elles aimeraient accorder plus de temps à leurs patientes.

Les relations sociales

– Plus d’une patiente sur deux (58%) discute systématiquement ou souvent avec l’infirmier(e) au moment de l’administration des traitements. Les thèmes abordés lors de ces conversations sont : les effets indésirables (70%), les conseils pour réduire ces effets secondaires (54%) ou encore des conseils concernant l’esthétique et le bien-être (35%).

– 42% des patientes parlent systématiquement avec leur oncologue lors de la visite en hôpital de jour. Et 88% des femmes soignées échangent avec d’autres patientes quand elles viennent pour l’administration de leur traitement. Des échanges qu’elles jugent utiles à 57%, réconfortants à 54% et démoralisants pour seulement 14% des femmes interrogées.

Les infirmiers satisfaits

– Neuf blouses blanches sur dix sont très contentes de leur métier en hôpital de jour. Cette satisfaction provient principalement de leur implication dans la prise en charge des patientes et la possibilité de créer de vraies relations avec elles.

– Trois infirmiers(es) sur dix jugent que leurs conditions de travail se sont améliorées depuis qu’ils ont commencé à travailler alors que quatre sur dix pensent le contraire.

La relation soignant-soigné

Le moment pendant lequel les infirmiers estiment avoir le plus de temps pour échanger avec les patientes est lors de l’administration du traitement.

– Les infirmiers(es) sont très impliqué(e)s dans le suivi de leurs patientes puisque 91% d’entre eux participent à l’éducation thérapeutique des malades et 96% jouent un rôle de relais entre la patiente et son oncologue.

L’enquête Temporelles montre ainsi une satisfaction globale des patientes sur leur prise en charge en hôpital de jour et de l’infirmier(e) sur ses conditions d’exercice. Reste toutefois à travailler sur le temps d’attente avant administration du traitement afin d’assurer encore plus de confort pour les personnes souffrant d’un cancer du sein soignées en ambulatoire.

Vos commentaires