Témoignage, partage et entraide : le nouveau visage de la Chaîne Rose !

Témoignage, partage et entraide : le nouveau visage de la Chaîne Rose !

Le 29 septembre dernier, la Chaîne Rose célébrait ses trois ans. L’occasion de mettre en avant l’implication des contributrices, mais aussi de faire le point sur les évolutions à venir.

Que de chemin parcouru depuis cinq ans ! Au départ, ce site événementiel permettait aux femmes atteintes d’un cancer du sein de témoigner à l’occasion d’Octobre Rose. « Nous nous sommes rendu compte qu’il y avait beaucoup de demandes de la part des contributrices », explique Laurence Mendes, responsable de la Chaîne Rose. C’est ainsi qu’à partir de 2012, les femmes ont pu partager leurs expériences tout au long de l’année, et non plus seulement pendant un mois.

Afin de faire connaître le site, nous avons beaucoup communiqué auprès des patientes dans les centres hospitaliers et réseaux de santé,

poursuit Laurence Mendes.

Une stratégie efficace puisqu’à l’heure actuelle, la Chaîne Rose compte plus de 2000 contributions, qu’il s’agisse des témoignages ou des commentaires générés. Poèmes, slam, chansons, photos, vidéos d’un niveau quasi professionnel… les formats sont très variés en fonction de la sensibilité des unes ou de la créativité des autres. La charte éditoriale n’impose qu’une seule limite : ne pas évoquer les traitements.

Notre objectif est de véhiculer de l’espoir et de donner à voir aux femmes que d’autres sont passées par les mêmes épreuves, et ont trouvé la force de se battre

ajoute Laurence Mendes, qui se félicite de l’engouement de la communauté, puisque la page facebook de La Chaîne Rose compte aujourd’hui plus de 18 000 fans et le compte Twitter, plus de 850 followers. Une communauté qui devrait s’accroître davantage encore puisque depuis un an et demi, le site s’est ouvert à toutes les femmes touchées par le cancer, et pas juste à celles concernées par le cancer du sein. « Cela répondait à un besoin de la communauté, d’autant que leurs problématiques restent les mêmes : difficultés de parler de la maladie dans la vie professionnelle ou à ses enfants, regard de la société, blessures… », analyse Laurence Mendes.

Ses ambitions pour l’avenir ? Continuer d’associer les principales intéressées aux évolutions du site, qu’elles soient contributrices ou blogueuses.

précise Laurence Mendes. Elle a aussi orchestré une nouvelle identité visuelle, puisque le logo a changé. Le ruban rose a été remplacé par des maillons, lesquels symbolisent la chaîne d’entraide.

De fait, le site évolue vers davantage de solidarité entre patientes ou ex patientes, puisqu’il ne s’agit plus uniquement de leur permettre de prendre connaissance de leurs vécus respectifs de manière virtuelle, mais de se rencontrer indépendamment de la toile, dans « la vraie vie ». « Certaines sont partantes pour aider d’autres femmes dans leur vie quotidienne ou s’investir bénévolement dans des associations. C’est la raison pour laquelle nous avons déployé une fonctionnalité qui leur donne la possibilité de renseigner le temps dont elles disposent pour accompagner d’autres contributrices ou faire du bénévolat auprès d’associations de patients », précise Laurence Mendes. Autres nouvelles fonctionnalités du site : un système de géolocalisation et un agenda pour proposer à la communauté de renseigner toutes les manifestations culturelles, les événements grand public et les actions de prévention. Plus que jamais, La Chaîne Rose devient une plate forme centrée sur le partage, l’entraide, et le témoignage !

Un anniversaire sous le signe de l’émotion et du partage

Dominique Bertinotti, ancienne ministre de la famille, elle aussi touchée par le cancer, a participé le 29 septembre dernier à la soirée des trois ans de La Chaîne Rose. Elle a décrit « des mots très justes, très fins, très émouvants pour évoquer les maux des malades du cancer ». Au cours de cet événement, Emilie et Lilian, touchés par le cancer, ont révélé leurs talents de comédiens pour faire vivre plusieurs témoignages publiés sur la Chaîne Rose. L’occasion d’aborder le thème de l’annonce, du combat, de la féminité, de l’amour et de la vie après la maladie.

Assumer la maladie, c’est aussi une façon de faire face, comme le prouve le projet qu’ils ont tous deux initié, baptisé ‪#‎SoyonsCheyennes

Cette soirée d’anniversaire a également été rythmée par la remarquable intervention du sociologue Philippe Bataille, pour lequel « la société doit changer sa capacité à mobiliser ». Retrouvez son interview dans laquelle il évoque les bienfaits du témoignage.

 

Vos commentaires