Cancer : les nouveaux chiffres de Santé Publique qui interpellent…

Cancers
Cancer : les nouveaux chiffres de Santé Publique qui interpellent…

On parle beaucoup du cancer, mais beaucoup moins du nombre de personnes concernées. A l’occasion du 4 février, journée mondiale contre le cancer, Santé publique France publie de nouvelles données sur l’incidence des quatre principaux types de cancers.

En France, le cancer touche chaque année 355 000 personnes et représente la première cause de décès. Les principaux facteurs de risque des cancers sont le tabagisme (à l’origine de cancers du poumon mais aussi de la vessie), l’alcool, la nutrition, les risques infectieux et les risques environnementaux et professionnels.

Les téléphones portables sont aussi soupçonnés de générer des cancers. Les encadrés ci-dessous apportent un éclairage sur les quatre principaux types de cancer, tant sur un plan prévention qu’épidémiologique.

 

Le cancer du poumon

Observations : C’est sans doute le cancer le plus évitable.

Causes : Ce cancer est essentiellement causé par le tabac, lequel est responsable de 8 cancers sur 10.

Nb de décès chaque année 30 000

Nombre de nouveaux cas en 2015 selon les projections 45 000

Evolution : Chez l’homme, l’incidence du cancer du poumon est stable depuis les années 1990 et la mortalité diminue depuis 1995. Chez la femme, l’incidence et la mortalité sont en forte augmentation depuis 1980.
 

 

 

Le cancer du sein

Observations : C’est le cancer le plus fréquent chez la femme en France. Le cancer du sein peut être découvert à un stade précoce grâce à un dépistage par mammographie. En France, un programme de dépistage est proposé à toutes les femmes âgées de 50 à 74 ans.

Causes : Les principaux facteurs de risque connus sont l’âge, la prédisposition génétique, un antécédent personnel de pathologie mammaire ou d’irradiation thoracique médicale à forte dose.

Nb de décès chaque année : 12 000

Nombre de nouveaux cas en 2015 selon les projections : 54 000

Evolution : L’incidence du cancer du sein a beaucoup augmenté ces dernières décennies, toutefois depuis 2005, la tendance semble s’inverser. Le taux de mortalité baisse depuis 1995 et la survie s’améliore au cours du temps.
 

 

 

Le cancer du côlon-rectum

Observations : Il se situe au 2e rang des décès par cancer les plus fréquents chez l’homme et au 3e rang chez la femme. Il peut être bien pris en charge dès lors qu’il est dépisté à temps.

Causes : Les principaux facteurs de risque de ce cancer sont la consommation d’alcool, de tabac, la sédentarité, l’inactivité physique, le surpoids, l’obésité, l’alimentation avec une consommation faible en fibres, ou encore, l’excès de viande rouge ou de viandes transformées

Nb de décès chaque année : 18 000

Nombre de nouveaux cas en 2015 selon les projections : 43 000

Evolution : La mortalité du cancer colorectal diminue fortement depuis 1980 et le taux de survie s’est beaucoup amélioré au fil du temps
 

 

 

Le cancer du col de l’utérus

Observations : Ce cancer est évitable grâce à la vaccination contre le HPV (papillomavirus humain). Là aussi, le dépistage est largement recommandé.

Causes : Ce cancer est attribuable dans près de 100 % des cas à une infection par un ou plusieurs papillomavirus humains (HPV), une infection transmissible par contact sexuel.

Nb de décès chaque année : 1 100

Nombre de nouveaux cas en 2015 selon les projections : 3 000

Evolution : L’incidence et la mortalité du cancer du col de l’utérus diminuent de façon importante depuis les années 1980
 

 

Santé Publique France a pour mission de protéger la santé des populations, et, à cette fin, produit des informations sur le dépistage. Pour cela, elle cherche à la fois à anticiper, à comprendre et à agir.

Pour cette récente étude, cette agence s’est appuyée sur les registres des cancers, disponibles dans tous les départements. Mais aussi sur les données du service de biostatistiques des Hospices civils de Lyon et de l’Institut national du cancer.

Vos commentaires