Colloque cancer et travail : quels constats ? Quelles propositions ?

Colloque cancer et travail : quels constats ? Quelles propositions ?

Cancer et travail, deux mots qu’il est parfois difficile d’associer. Le temps des traitements, les patients peuvent être amenés à suspendre leur activité, certains, au contraire, tentent de la poursuivre. Puis arrive le moment du retour au travail, période délicate pour nombre d’entre eux.

Juris Santé, association spécialiste de l’aide juridique, administrative aux patients et à leurs proches ainsi que de l’accompagnement socio-professionnel des patients, organise le premier Colloque sur cette thématique, le 5 juin prochain, à Lyon/Villeurbanne. Cet événement est en partenariat avec les groupes Casino, Générale de Santé, Roche et la Fondation Roche. Voix des Patients tiendra d’ailleurs un stand, sur place !

L’objectif ? Sensibiliser les entreprises à la problématique du cancer dans le cadre professionnel, et réunir les différents acteurs impliqués dans cette thématique. « On a souhaité un colloque ouvert où tous les regards puissent se croiser : praticiens, entreprises, ressources humaines, patients, proches, institutionnels, etc », explique Dominique Thirry, Directrice de Juris Santé.

Chaque situation est particulière

Au programme, trois tables rondes abordant divers sujets. La première insistera sur le fait qu’il n’existe pas un cancer mais des cancers et que chaque patient est unique. La façon dont une personne vivra sa maladie est très différente selon les individus.

« Certains chercheront à continuer de travailler pendant les traitements, mais d’autres ne le souhaiteront pas, et il ne faut pas poser un regard critique sur eux », prévient Dominique Thirry. « Les patients ne sont pas sur un pied d’égalité face au cancer. Il y a, par exemple, ceux qui peuvent s’appuyer sur leurs proches et ceux qui ne le peuvent pas ; la charge liée au cancer sera alors très différente selon les cas ».

Nous avons tous un seuil de résistance qui nous est propre. En outre, les traitements ne sont pas aussi intensifs selon les cas, sans compter que la tolérance de chacun aux effets secondaires de certaines thérapies lourdes est des plus variables.

Les meilleures conditions possibles

La deuxième table ronde abordera les conditions à réunir pour qu’un retour ou un maintien au travail soit réussi. Parfois, certains employeurs ont tendance à rapidement demander à leur salarié convalescent de fournir la même quantité de travail qu’avant la maladie ou les malades eux-mêmes se mettent beaucoup de pressions. « Ce n’est pas une grippe. Au moment de la reprise, les effets secondaires à long terme sont souvent toujours présents, et ils engendrent notamment une fatigabilité plus importante », indique la directrice de Juris Santé.

Ne pas oublier l’entourage

La troisième thématique débattue concernera l’impact du cancer sur les proches et les aidants. Ces personnes ont, en effet, souvent une lourde charge à assumer. Ils peuvent, eux aussi, avoir  besoin d’aménagements du temps de travail. « Il n’est pas rare que les aidants se retrouvent dans des conditions d’épuisement extrême entre le poids de leur travail et l’aide qu’ils apportent au malade. Il faut également réfléchir à trouver des solutions pour eux », rappelle Dominique Thirry.

Ce colloque, ouvert à tous, est gratuit sur inscription : contact@jurissante.fr – 04 26 55 71 60. De 17 h à 21h30, Espace Tête d’Or, 103 Bd de la Bataille de Stalingrad 69 100 Lyon/Villeurbanne.

Si vous êtes dans le coin, n’hésitez pas à réserver votre place… Nous sommes tous concernés.

Vos commentaires